Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Morimane Kamitsuki - Seigneur d'Usha

avatar
◈ Missives : 12

◈ Âge du Personnage : 32 ans
◈ Alignement : Loyal Neutre
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Inoë
◈ Origine : Usha, Seregon
◈ Magie : Magie ardente
◈ Fiche personnage : Morimane Kamitsuki

Héros
Morimane Kamitsuki

◈ Mer 22 Avr 2015 - 22:41

◈ Prénom :  Morimane
◈ Nom : Kamitsuki
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 32 ans
◈ Date de naissance : second Lunae de Élye de l'an 58.
◈ Race : Valdur
◈ Ethnie :Inoë
◈ Origine : Usha
◈ Alignement : Loyal Neutre
◈ Métier : Seigneur du clan Kamitsuki


Magie


Elle tournait en rond, faisait les cent pas, ses pieds nus faisaient grincer le bois sombre du parquet. Elle ressassait le problème dans sa tête, le tournait dans tous les sens mais rien n'y faisait, elle allait devoir sévir. Un de ses plus proches conseillers était empêtré dans une histoire de viol et de meurtre, elle ne pouvait rester indifférente ou se montrer complaisante. Malgré tous ce qui pouvait les lier, l'honneur et la justice en appelaient au sang. Elle était bouillante de rage, une colère furieuse l'envahissait et elle eut toutes les peines du monde à s'agenouiller devant son écritoire. Ses mains tremblèrent alors qu'elle s'appliquait à écrire l'ordre d'exécution. C'est au moment d'y appliquer sa signature que tout se déclencha, la rage qui incendiait son corps se matérialisa dans ses mains, embrasant aussitôt la missive. La jeune femme paniquée recula de terreur, tenant ses mains le plus loin d'elle qu'elle put. Elle les regardait, incrédule, ne sachant que faire, à la fois apeurée et fascinée par la danse sensuelle des flammes. Puis, comme elle était apparue, la fournaise se dissipa, laissant Sa Seigneurie choquée. Elle ne parla de ceci à personne, persuadée que c'était là un signe des esprits. La vie de l'homme serait épargnée, pas sa virilité.

Magie ardente.
Des mains de Morimane peuvent surgir d'intenses flammes qu'elle ne contrôle pas. Elle ignore aussi bien comment les faire apparaître que comment les apaiser. À ses yeux ces brasiers sont une manifestation des esprits et la magie, son histoire comme son existence lui sont étrangère.



Compétences, forces & faiblesses


Artisanat :
Caligraphie & esquisse (Intermédiaire)

Connaissance :
folklore local (Intermédiaire),
géographie (Expert),
histoire (Intermédiaire),
noblesse et royauté (Expert),
religion (Intermédiaire),

Art des combattants :
combat à mains nues (Intermédiaire),
combat au katana (Maître),
stratégies de combat (Expert),
stratégie de guerre (Expert)

Arts des voleurs :
agilité (Expert),
déplacement silencieux (Novice)

Arts d'espionnage :
renseignements (Intermédiaire),
interception de messages secrets (Novice)

Art des chevaliers :
combat à cheval (Intermédiaire),
équitation (Expert)

Art des politiciens :
diplomatie (Expert),
intimidation (Maître)

Arts des sages :
Concentration (Novice)

Arts de représentation :
danse (Novice)

Langues :
yseï (Expert)
shaë (Maître)
kaerd (Expert)




Physique



Taille : à peine moins de 5 pieds (environ 1m60) pour 110 livres (55kg).

Si la noblesse n'est qu'un titre qui n'engage que ceux qui y portent de l'importance, c'est aussi, parfois, une qualité qui se reflète dans la physionomie d'une personne. C'est le cas chez la jeune Morimane, son maintien, sa prestance, tout chez elle dégage comme un sentiment de toute-puissance et de fierté. Il émane d'elle une aura régalienne inhérente à ceux qui se savent nés pour régner, pour diriger. Ses traits sont fins, élégants, empreints de majesté. Dans son dos louvoie un dragon enserrant de son corps longiforme l'astre de la nuit à son plein éclat. La bête serpente sur la peau de Morimane, la marquant de ses écailles de bleu, de vert et d'or. La jeune femme meut sa silhouette gracile avec une grâce presque sensuelle. Ses formes discrètes, dessinent des courbes séduisantes qui font paraître l'Inoë aussi délicate que fragile. Cette apparence vulnérable est malgré tout illusoire, et le regard sombre, intransigeant que vous lancent les deux billes d'onyx qui ornent son visage dur est là pour le rappeler. Ces yeux en amande se marient à une bouche tout aussi sévère dont les lèvres au rosé gourmand ne dessinent malheureusement que de trop rares sourires. Ils illuminent alors son visage d'une fantastique étincelle de vie. Or, le protocole et la bienséance font qu'elle se doit bien souvent d'arborer un air impitoyable pour traiter avec ses interlocuteurs. Seuls ses proches ont le plaisir de la connaitre rieuse et bienveillante.




Caractère


Directe, sans faux-semblants, l'Inoë est honnête et droite. Particulièrement sensible à la notion d'honneur, elle est déterminée à ne pas faillir, jamais. Elle respectera la plupart du temps les règles de la dignité qui ont régi son éducation, mais ne se privera d'aucun atout pour protéger son foyer. Le sabotage comme l'assassinat. Elle a appris que, pour survivre, il faut parfois savoir fermer les yeux et permettre l'infamie, jouer le jeu de la politique. C'est là un sport qu'elle n'apprécie que peu. La diplomatie lui est familière et elle sait faire preuve d'une terrible éloquence comme de persuasion. Cependant, les chemins trompeurs, les manipulations politiques et les rouages complexes de ces sphères, même si elle en a des notions, lui donnent la nausée.

Un sens aigu de la justice anime également cette jeune chef de clan. La justice aveugle, totale, pour le noble comme pour le plus humble des paysans. C'est une vision qu'elle a toujours eue, malgré son appartenance à la noblesse et l'éducation à laquelle elle a eu droit. Cette conception s'est renforcée à la mort de son père, injustice ignoble d'un crime masqué dont les commanditaires lui sont inconnus. Une volonté inébranlable guide les pas de Morimane, elle la pousse toujours plus avant vers un avenir incertain mais qu'elle accueille les bras ouverts. Elle est comme mue d'une incroyable témérité soutenue par une assurance sans failles. Si les arts martiaux et la voie du sabre lui ont appris à maîtriser ses pulsions et ses humeurs, la jeune femme peut parfois se laisser emporter dans des élans de colère lorsque sa fierté est frappée au cœur. Et alors gare ! Car elle est calme, posée, parfois froide mais lorsque le dragon est réveillé, il peut se révéler mordant, impulsif et faire preuve d'une ardente colère.

Loyale envers l'empereur comme l'était son père, elle est cependant résolue à faire payer cher le meurtre de ce dernier. Qu'importe si le ou les commanditaires fussent du conseil restreint de l'Empire même. Elle fait confiance aux dieux pour la guider au travers des épreuves qui s'annoncent. Sa foi dans les esprits brûle d'une égale intensité à celle qu'elle place en son clan.



Inventaire


Elle règne sur un clan parmi les plus puissants de l'empire, nombreux sont ses biens, légion sont ses sujets. Mais il est bien un objet en particulier qu'elle chérit. Shigeru, le katana que lui a offert son père. Une lame d'exception, au tranchant incroyable. Une oeuvre dont il existe peu d'équivalent en ce monde. Le plus souvent elle est vêtue de kimono de bonne qualité, souvent en soie. Mais si vient l'heure de la guerre alors elle se couvrira de son armure. Cette dernière est relativement classique, sobre même pour une armure de seigneur, mais de bonne facture.



Histoire


Quatre ans maintenant que Takeshi Kamitsuki était l'heureux père d'une petite fille et le mari aimant d'une femme que tous considéraient comme une beauté rivalisant avec les Eleärs. C'est cependant durant cette année qu'un destin funeste s'abattit sur ce bonheur trop parfait. C'est cette année que Morimane perdit à jamais le réconfort que seule sa mère savait lui apporter. La petite Inoë fut alors pour la première fois confrontée à la mort, cette notion nébuleuse et complexe pour une si jeune enfant. Si jeune ...

Voila maintenant quelques temps, que la petite Morimane vivait sans sa mère. Elle était tout juste dans sa dixième année et depuis longtemps accaparée par ses maîtres.. Son père, qui ne s'était jamais remarié, incapable de faire le deuil de son amour perdu, ne cessait de lui rappeler qu'elle serait son héritière et qu'il lui faudrait par conséquent qu'elle se montre à la hauteur. Cette petite fille se vit depuis lors confrontée aux attentes d'un père, aimant certes, mais terriblement exigeant. Elle se devait de se montrer infaillible, digne, tant de son renommé paternel que de sa mère dont ce dernier ne cessait les éloges. Les jeux d'enfants furent donc bien vite remplacés par les leçons de ses différents précepteurs. Elle s'y ennuyait mais empêchait son esprit de s'évader, cherchant à tout prix à satisfaire cet homme qu'elle aimait plus que tout autre. Le seigneur Kamitsuki voyait ainsi grandir sa douce petite, inondé de fierté, la dévorant de ce regard bienveillant qui lui était propre. C'est le jour même des dix ans de son enfant qu'il décida de lui présenter un vieil ami.

- Ah Morimane, te voici ! Viens, approche, j'ai ici un très ... très bon ami qu'il me faut te présenter.

Elle s'avança vers son père qui l'appelait et vers cet inconnu qu'elle devinait plus âgé. Il était petit, même pour un Inoë et semblait presque chétif. Il se tenait droit, la toisait de ses deux yeux rieurs, les mains croisées dans le dos. Il soutenait le regard curieux de la jeune fille sans broncher, les yeux plissés, presque fermés.

- Je l'aime bien, elle a les yeux de sa mère. Mais elle a l'air de tenir de toi pour ce qui est du caractère ... hé hé hé.

Morimane s'étonnait, voilà bien la première fois qu'elle entendait quelqu'un parler si familièrement à son seigneur et père. Celui-ci s'adressa alors à elle, un grand sourire aux lèvres.

- Voici donc Ketsuke. Jadis, il fut un compagnon d'armes avec qui j'ai beaucoup partagé. J'ai énormément de respect pour lui. Sache que c'est aussi l'un des escrimeurs les plus talentueux que connaisse l'empire. Peu renommé, et pourtant je ne lui connais pas son pareil. Or, ce vieux renard - Il asséna un regard complice à son ami de toujours - a accepté de t'enseigner tout ce qu'il pourra de son art.

Morimane écarquilla alors les yeux, réalisant tout l'honneur qui lui était fait à ce moment-là. Elle hésitait, les mots trébuchaient dans sa bouche et rien ne finit par sortir. Elle admirait depuis toujours ces braves guerriers qui fendaient l'air de frappes empreintes de toute leur volonté, précis dans le geste, maîtres de leur corps. Et maintenant, elle allait suivre l'enseignement de l'un de ces extraordinaires sabreurs. Le futur professeur finit de se présenter lui-même face au silence.

- Ketsuke Aburame, mais tu peux m'appeler maître. huhu. Je te préviens gamine, si tu veux apprendre, ce sera en suivant mes règles. Tu as du potentiel ma petite, pour peu que tu tiennes un tant soit peu de ton vieux père. Mais attention, ce ne sera pas facile, rien de ce que j'ai à t'apprendre n'est aisé.

Les années défilèrent... Saison après saison Morimane mûrissait, grandissait. Elle se révéla une héritière digne du clan Kamitsuki. Ses professeurs étaient tous satisfaits, son vieux maître plus que tous les autres. Étonnamment la jeune fille se révéla être une combattante talentueuse, le vieux Ketsuke la poussait toujours plus avant, la forçant à repousser ses limites, à se maîtriser davantage, ne faire qu'un avec le sabre, l'acier n'étant qu'une extension de sa propre volonté.

Un jour, alors qu'elle s'en allait voir son père pour quelque discussion sans importance, elle le trouva en pleine conversation avec une jeune fille qu'elle n'avait encore jamais vue au château. Elles furent présentées et, plus tard, son père lui expliqua la situation de cette inconnue. Elle découvrit qu'elle avait donc une cousine, bâtarde certes, mais elle n'en était pas moins du même sang. Elle fut donc amenée, au fil des ans, à côtoyer un peu cette parente mystérieuse. Entre elles il y avait cette barrière de la bâtardise ; leur rang ne serait jamais égal, et pourtant ... Pourtant Morimane appréciait cette jeune Tomoe avec laquelle elle lierait bientôt de solides liens. Les deux en vinrent presque à se considérer comme sœurs. Mais cette sœur qu'elle aimait et respectait, elle la savait loin d'être l'innocente jeune fille qu'elle pouvait paraître. Le seigneur Kamitsuki l'avait mise dans la confidence, sur le rôle et l'histoire de la petite Tomoe. C'est donc à ses quinze ans que Morimane Kamitsuki entra pleinement dans son rôle d'héritière et qu'elle fut mise au courant de bien des secrets du clan. Enfin, elle endossait les fonctions auxquelles elle avait été préparée durant si longtemps car voilà qu'il lui fallait prendre la place de son père à la tête du clan de façon régulière. En effet, ce dernier avait été accueilli au sein du prestigieux conseil de l'empereur et il lui fallait par conséquent quitter régulièrement son domaine pour de longs séjours à la capitale.

Plusieurs années passèrent à nouveau avant que le vieux Ketsuke ne considère que sa jeune apprentie fût enfin digne de ne plus être son élève. Il s'était concerté avec son ami et ancien compagnon d'armes et celui-ci avait fait forger un sabre chez l'un des forgerons les plus renommés du pays. Les deux compères organisèrent une modeste cérémonie où élève et maître pourraient faire démonstration de leurs talents respectifs.


***

Ils se font face, scrutant le moindre indice de mouvement chez l'autre. Ils se connaissent, savent l'un comme l'autre ce dont est capable leur adversaire. Morimane est concentrée, elle en oublie le regard des quelques invités qui sont en cercle autour d'eux. Ses doigts fins se resserrent encore davantage sur le manche de son bokken. Ce vieux brigand de Ketsuke la fixe de ses deux billes grises, cachées derrière des paupières exagérément plissées. Il arbore cette moue amusée, presque moqueuse qu'elle lui connaît si bien. La jeune femme, car c'est dans son tempérament, passe à l'attaque. Un vif élan en avant, un rapide pas chassé. La lame de bois siffle dans l'air et vient frapper violemment contre sa jumelle. Le maître a paré, il dévie le coup, tente un désarmement, tout son corps s'anime comme une seule entité, étonnamment souple, étonnamment vif. Morimane l'a vue venir, cette botte. Son corps s'élance aussi dans cette étrange danse. Aucun ne parvient à prendre l'avantage sur l'autre et alors, Ketsuke rompt l'échange et vient la frapper aux épaules de trois coups d'une rapidité incroyable. Son bokken est là, à deux doigts de sa cible, et coup après coup, il la manque. La jeune escrimeuse esquive ; son maître le lui a appris. Si elle sait qu'elle ne sera jamais aussi robuste ou forte qu'un homme, elle peut être plus agile, plus preste. La danse reprend, le bois résonne contre le bois, il fouette l'air avec vigueur. Rapidement, tous deux fatiguent. Morimane tente le tout pour le tout : elle se jette en avant, feinte et frappe. Le coup remonte du sol et atteint presque sa cible. Les deux combattants sont alors immobiles, l'arme de la jeune femme est à seulement quelques cheveux du ventre de son adversaire, mais sa gorge est aussi menacée par la lame de son maître. Une égalité parfaite sur laquelle s'arrête alors le duel. Le maître comme l'élève sourient, terriblement fiers l'un et l'autre.

- Tu es décidément une jeune fille pleine de ressources ma petite Morimane. Chuchote le vieil escrimeur.

- J'ai été à bonne école, maître. Lui répond elle avec un large sourire.

Son père arrive alors. Dans ses bras, il tient un superbe coffret en bois laqué qu'il lui tend avec un regard malicieux. Lorsqu'elle l'ouvre elle y découvre un sabre magnifique, dans son fourreau, enroulé de soie. L'acier glisse hors de sa demeure : la lame est d'une rare beauté, le métal est d'une qualité extraordinaire. Dans ses mains l'arme est équilibrée, sa morsure fait chanter l'air d'une douce mélodie.

- Il se nomme Shigeru. Puisse t-il ne te servir qu'en cas de nécessité.

***

La gestion du domaine occupa les années qui suivirent ; les projets à mettre en oeuvre, les décisions financières, les verdicts de justice peuplant alors le quotidien de Sa Seigneurie. De temps en temps des courriers urgents, de temps en temps des nouvelles de la capitale. Et parfois, les deux. Morimane entrait bientôt dans sa trentième année lorsqu'un messager plus anxieux que de coutume lui apporta une nouvelle qui allait bouleverser sa vie. Ce souvenir était encore vif, profondément ancré dans sa mémoire, comme si elle avait été marquée au fer rouge. Cette missive qui lui apprenait la mort de son père, elle pourrait en réciter chaque mot.

***

C'est d'abord la tristesse, une douleur insoutenable, écrasante, brûlante qui se fiche dans sa poitrine et refuse de lâcher prise. Ketsuke ne parvient pas à réconforter son ancienne élève, lui-même semble brisé ; il paraît avoir vieilli de vingt ans. Son éternel sourire goguenard s'est effacé de son visage en un instant, lorsque Morimane lui apprit la nouvelle. Dans ses bras, elle entend ses dents grincer. Le vieil homme a toutes les peines du monde à retenir ses larmes. Une perle salée finit par rouler, solitaire, le long de sa joue pour finir par mourir sur le visage de la jeune femme qui se presse contre lui.

Ce même jour, le maître alchimiste du clan vient faire son rapport. L'homme avoue avec tristesse sa faute. Il demande le pardon par le suicide.

- Absurde ! La dame s'est emportée, aujourd'hui elle ne prendra pas la peine de contenir ses émotions. S'il y a bien une chose que mon père n'aurait pas souhaité, ç'aurait été que d'autres membres éminents du clan le suivent dans la tombe. Elle marque une pause et fait les cent pas devant l'homme agenouillé. Si vous voulez vous faire pardonner, trouvez-moi le responsable et amenez-le devant moi ! Elle réfléchit, si le maître-empoisonneur dit vrai, et elle en est persuadée, si son père est bien mort par le poison, alors les réponses se trouvent à la capitale. Bien ... maître Abe, envoyez Tomoe servir l'empereur, je tiens à ce qu'elle y enquête sur ce meurtre immonde, trouvez-lui la couverture qui conviendra.

***

Ainsi sa bien aimée cousine rejoignait les Shinobi de l'empire tandis qu'elle restait dans les terres de son clan, régnant sur sa puissance et œuvrant pour son bien. En secret elle enquête, sur la mort de son père, mais aussi celle de l'empereur et, de temps en temps reçoit sa cousine ou ses rapports.



Ambitions & Desseins


Rien de bien complexe ici, elle désire la prospérité de son clan. Elle souhaite également ceux que tous ceux à qui l'on a volé quelque chose veulent, trouver le ou les coupables du méfait. Morimane retournera ciel et terre pour mettre la main sur les crapules, les rats qui lui ont enlevé son père.




Divers


Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : oui
Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à nous inspirer de votre personnage pour créer un nouveau prédéfini ? : C'est pas un perso important. Mais oui, en échange d'une pinte...
Moultipass :Ok par Balty


avatar
◈ Missives : 2155

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Ven 24 Avr 2015 - 19:28

Et bien et bien !

Te voici enfin validé cher TC !