Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Veyda Ker'Dovan - Exploratrice

Invité
Invité

◈ Sam 14 Fév 2015 - 17:33

◈ Prénom :  Veyda
   ◈ Nom : Ker'Dovan
   ◈ Sexe : Femme
   ◈ Âge : 29 ans + 5113 ans de sommeil
   ◈ Date de naissance : Premier Lunae de Siralon, en l'an - 6005
   ◈ Race : Elle se présente comme Valduris même si un de ses ancêtres était Eressaë du Clair de Lune
   ◈ Ethnie : Elle se considère Vreën bien que le sang de différentes ethnies coule dans ses veines
   ◈ Origine : Ordanie
   ◈ Alignement : Chaotique Bon
   ◈ Métier : Exploratrice et cartographe
   

   

   
Magie

   

Magie arcanique –Dissipation (capacité passive)
Développer une forme de résistance face à un élément blessant relève d’une volonté de protection. Suite à ses déboires avec la magie, Veyda bloque toute forme de magie extérieure qui cherche à opérer au sein de son organisme (magie de soin, en particulier, magie métabolique). Sa zone d’action se limite à son propre corps et n’affecte en rien la magie de son environnement.  

Magie psychique – Télépathie (expert à Azzura, novice en dehors) et Intrusion (novice)
Ayant été privée de son ouïe, la magie a "décidé" de compenser ce déficit en octroyant certaines capacités à Veyda. Elle lui octroya le don de télépathie.
Lecture de pensées : Veyda peut percevoir l’esprit des êtres qui l’entourent et leurs pensées de surface, telle une cacophonie ininterrompue et un maelström d’émotions. Pour retrouver un peu de sérénité, elle doit lever une barrière pour bloquer ces pensées parasites. Rares sont les individus qui ne pensent à rien. Petit à petit, Veyda se lança dans l’exploration des limites de sa capacité. Elle découvrit qu’elle pouvait s’infiltrer plus avant dans l’esprit d’autrui, découvrant des pensées de plus en plus profondes, mais cette facilité de circulation variait suivant la force de l’esprit exploré. Et généralement, elle ne veut pas se lancer dans un combat de volonté.
Communication : devenir sourde ne l’incita pas à continuer à s’exprimer verbalement et elle a tendance à dialoguer via la télépathie quand son interlocuteur ne comprend pas la langue des signes. Pour se faire, elle projette ses pensées vers la personne souhaitée. Mais avec la nouvelle ère qui venait de s’ouvrir, user de cette voie de communication risquait de lui porter préjudice. La magie venait seulement de refaire surface et n’était pas forcément la bienvenue.
Intrusion : Veyda peut s’infiltrer dans l’esprit d’une tierce personne mais elle doit être en contact avec celle-ci. Elle accède ainsi aux perceptions sensorielles de cette dernière, mais elle reste une spectatrice, à la limite entre la télépathie et le contrôle mental. Le mieux reste que cette personne soit d’accord mais rares sont les gens qui acceptent de partager leur conscience.

   


   
Compétences, forces & faiblesses

   

   Artisanat
Confection de carte (maitre)la moindre des choses pour une cartographe
Cuisine (novice) elle sait cuisiner des choses simples mais sans plus

Connaissances

Histoire (intermédiaire mais caduque) les récits de son père ne se limitaient pas à ce qu’il faisait lors de ses voyages mais elle a 5000 ans d'histoire à rattraper
Folklore local (intermédiaire mais caduque) l’exploration ne se restreint pas au terrain mais peut trouver sa source dans les légendes or en 5000 ans les légendes peuvent s'étoffer, se modifier, changer.
Géographie (maitre) pour explorer un pays il faut en connaitre la géographie, quand celle-ci est connue. Les frontières ont du bien changer durant son sommeil.
Architecture (intermédiaire) des notions fort utiles dans ses dessins
Plans (experte) pour qui dessine des cartes, les plans ne sont qu’une extension
Noblesse et royauté (intermédiaire mais caduque) elle avait connaissance des grands de son époque
Exploration souterraine (intermédiaire) il y a tout autant de choses intéressantes à découvrir sous terre
Nature (expert) pour la confection de médications, il faut connaitre son environnement
Religion (intermédiaire) connue à travers les récits de son père et les croyances de sa mère, des évolutions ont pu apparaitre
Langues : Kaerd, des brides d’Alkhabirois par sa mère, langue des signes

Arts des combattants

Combat au bâton (novice) sa canne peut lui servir d'arme de défense pour frapper son agresseur mais elle ne fera pas le poids devant un guerrier accompli n'ayant pas suivi d'entrainement martial. Disons qu'elle saura taper là où ça fait mal, vouloir intercepter quelques coups mais sans plus

Arts des navigateurs

Sens de l’orientation (expert) fort utile pour une exploratrice
Natation (intermédiaire) dans un pays fait de lacs et de rivières il est utile de savoir nager

Art des chasseurs

Pistage (novice) elle sait reconnaitre les traces laissées par des animaux mais de là à les poursuivre…

Art des chevaliers

Équitation (expert) excellent moyen de locomotion

Art des politiciens

Langage corporel (expert) quand on ne peut entendre les intonations on trouve d’autres moyens de percevoir les émotions d’autrui

Arts des sages

Connaissance de la flore et de la faune (expert)
Confection de médications et potions (expert) quand on rejette  les  guérisseurs, il ne reste que la médecine naturelle

Arts de représentation

Dessin (maitre) pour des cartes et des plans précis


Forces :
Acuité sensorielle supérieure à la moyenne pour compenser son handicap auditif.
Une détermination frôlant l’entêtement couplée à une mémoire eidétique.

Faiblesses :
Surdité et mutisme induit. Bien qu’elle puisse parler, elle a tendance à user de ce moyen naturel avec parcimonie et pour de courtes phrases. Le timbre de sa voix peut quelque peu surprendre une personne qui ne l’a jamais entendu car il est étrangement chaleureux.
Un physique diminué par son accident, sa claudication et les raideurs persistantes ne lui permettent pas de pratiquer une activité physique de grande intensité sur une longue période.



   


   
Physique

   

Cheveux : bruns, longs
Yeux : vairons (bleu/violet et vert/gris)
Taille : 5 pieds 2 pouces (1m68)

Veyda était en train de coiffer sa longue chevelure brune qui tombait jusqu’au creux de ses reins. Ce simple geste faisait remonter de nombreux souvenirs. Sa mère appliquant des onguents de son pays avant de tresser les mèches ainsi soignées, un moment de complicité qu’elle ne pourra plus reproduire. La jeune femme aimait bien ses cheveux et essayait d’en prendre soin, suivant les préceptes de sa mère. Elle les laissait rarement détachés, préférant les tresser pour ses voyages. Néanmoins elle laissait toujours quelques mèches tomber sur son visage, cachant cette cicatrice disgracieuse qui courait depuis sa tempe gauche jusqu’à sa mâchoire et qui mangeait en partie sa joue. Souvenir de sa chute mais ce n’était pas le seul. Elle avait d’autres cicatrices sur le corps et elle conservait une légère claudication de la jambe droite. Elle n’avait pu profiter d’une guérison magiquement assistée ayant fait un rejet suite à l’erreur du guérisseur. Elle avait dû se reconstruire par elle-même.

Cela ne fut guère facile pour une enfant que le sort avait doté d’yeux vairons, l’un bleu teinté d’améthyste et le second vert moucheté de gris. Une épreuve supplémentaire. Pourtant sa mère lui disait toujours pour la rassurer qu’elle avait été touchée par les dieux. Mais les Vreëns avaient une vision bien différente de cette particularité. Jaromir trouvait cela singulier sans pour autant que cela le rebute. Il plaisantait parfois, prétendant que cela lui donnait un charme particulier avec sa carnation légèrement cuivrée, quand on faisait abstraction de la malédiction. Veyda s’était habituée aux regards méfiants et le fait de vivre au sein d’une famille de voyageurs aidait à garder l’esprit ouvert et à faire preuve de tolérance.

En tout cas, sa claudication ne l’empêche pas de parcourir le pays, elle doit juste faire attention à la durée du voyage car sa jambe finit souvent par se rappeler à son bon souvenir. Bien qu’elle ne puisse plus se dépenser comme autrefois, Veyda conserve une silhouette svelte et bien proportionnée pour sa taille moyenne. Elle a perdu de sa souplesse pour se faufiler dans les endroits qu’elle désire explorer, quelques raideurs perdurent depuis son accident.  

   


   
Caractère

   

Enfant, Veyda était intenable, elle avait de l’énergie à revendre et la dépensait en explorant les environs avec Jaromir. Elle se montrait téméraire mais son accident l’a calmée. Depuis elle se montre plus prudente mais cela n’annihile pas l’audace et la détermination dont elle peut faire preuve dans certaines de ses entreprises. Veyda n’est pas de ces femmes oisives, la plupart du temps elle se trouve une occupation pour combler ses journées, rares sont les moments de quiétude absolue. Elle a toujours été curieuse, cherchant à en apprendre toujours plus sur les gens et le monde. Son père répétait qu’un bon explorateur devait avoir de bonnes connaissances sur son environnement et faire preuve de débrouillardise et de pragmatisme pour l’utiliser à bon escient s’il se retrouvait seul et démuni. La jeune femme gardait ce précepte en mémoire.

De part ses particularités physiques, Veyda n’a jamais eu beaucoup d’amis. Pourtant elle ne se montre pas hostile même si parfois elle peut se montrer un brin cavalière dans ses paroles ou ses actes. Tolérante, ouverte d’esprit, la première impression n’est pourtant pas toujours en sa faveur. Certes, son côté peu expansif n’aide pas toujours mais elle porte une attention particulière sur les personnes constituant son cercle d’amis, celles qui apprennent vraiment à la connaitre. Quand elle prend des engagements, elle s’y tient et respecte la parole donnée, sauf quand tous les éléments se dressent de manière à ce que cela soit irréalisable. Et elle sait se montrer discrète quand la situation l’exige.  

Il y a un domaine qui suscite la méfiance de Veyda, la magie et principalement les utilisateurs de celle-ci. Sa mauvaise expérience avec un guérisseur la tient éloignée de ce corps de maîtrise. Elle privilégiera les méthodes naturelles pour se soigner et pour soigner autrui, à moins que le blessé n’insiste pour faire appel à un guérisseur. Elle ne souhaite pas imposer sa méfiance à un tiers, bien qu’elle lui en fera part. Elle ne veut pas jouer avec la vie d’un blessé. Par contre, elle le fera avec les différents jeux qui existent à travers les continents. Mais elle ne misera pas ses effets personnels, ils revêtent une dimension bien particulière à ses yeux depuis son réveil. Ce sont les dernières possessions qui la rattachent à son ancienne existence. Possessive ? Sentimentale ? Peut-être bien.
 

   


   
Inventaire

   

- Une canne ouvragée mêlant le style des Shardas du Nord à celui des Vreëns.
- Des carnets contenant ses dessins
- Des cartes, certainement plus d’actualité
- Quelques onguents, recettes héritées de sa mère
- Des tenues pratiques pour la chevauchée
- Des fontes et un sac de voyage contenant les éléments susnommés
- Gad, un cob bai, une monture polyvalente pour le trait ou la selle.

   


   
Histoire

   

Veyda observait leurs sauveurs, ces dix-neuf chevaliers qui avaient levé la malédiction. Elle n’osait les aborder, surtout en sachant que certains étaient nobles, et préférait garder ses distances. Pourtant, elle était comme eux, impatiente de quitter les lieux et de retrouver le reste du monde. Elle avait encore du mal à se faire à l’idée que cinq millénaires s’étaient écoulés et penser à ceux qu’elle avait laissés derrière elle la plongeait dans un état de tristesse profonde. Elle a voulu suivre les traces de son père, explorateur, et elle prit la route dès qu’elle fut en âge de voyager. En compagnie de Jaromir, un ami d’enfance, elle commença par sillonner les routes de Kaerdum, sa région natale. Le jeune homme était d’une aide précieuse depuis qu’elle avait eu son accident, faisant office d’interprète. L’intrépide enfant qu’était Veyda et l’envie d’explorer inhérente à sa famille depuis des générations, l’avait conduite sur les chemins montagneux du massif situé à proximité de leur lieu de résidence. Or, elle emprunta un sentier dangereux et un éboulis la précipita dans un gouffre. Elle survécut mais ne sortit pas indemne de cette chute. Traumatisme crânien, fractures et autres plaies. L’incompétence du guérisseur la priva de son ouïe, magie mal dosée et les organes déjà traumatisés ne supportèrent pas le choc. Depuis ce jour, Veyda avait développé une forme de résistance à la magie dès l’instant où celle-ci cherchait à pénétrer son organisme, telle une barrière sous la surface de sa peau. Réaction instinctive à travers un premier usage des vents magiques. Son entourage crût qu’elle ne développerait pas d’autres facettes, mais la magie sembla vouloir compenser ce handicap auquel elle avait contribué.

Perdre son ouïe, expérience difficile pour une enfant et elle se replia sur elle-même, ne décrochant plus un mot et restant cloitrée chez elle jusqu’à la fin de sa convalescence. Pourtant, cela ne découragea pas Jaromir qui lui rendait régulièrement visite. Il fut le premier avec qui elle commença à dialoguer via les signes en dehors de ses proches. Alors qu’elle commençait à s’habituer à cet environnement silencieux et à savoir lire sur les lèvres, la magie décida de se manifester à nouveau. Des pensées vinrent troubler le monde de Veyda qui ne comprenait pas comment elle pouvait percevoir ces chuchotis. Telle fut son interprétation car ayant des prédispositions avec les vents magiques, elle n'avait fait que les capter et les moduler pour essayer de pallier son handicap. De manière maladroite pour une novice en la matière, bien entendu. Des réponses lui furent apportées par un mage qui lui expliqua qu’elle avait développé une forme de télépathie et qui lui conseilla de se rendre dans la cité d’Azzura pour apprendre à contrôler ses capacités magiques. Mais Veyda n’avait aucune envie de s’y rendre. Vivre une mauvaise expérience avec la magie ne l’incitait guère à se tourner vers ce domaine, encore moins à côtoyer plein de mages.

Dix-neuf débutants, tels étaient leurs sauveurs dans leur rapport avec la magie. Des balbutiements qui ne demandaient qu'à s'exprimer avec la même vigueur qu'autrefois. Au cours de ses voyages à travers Kaerdum en compagnie de Jaromir, la jeune femme dut se rendre à l’évidence qu’elle ne parviendrait pas à maitriser correctement ses pouvoirs en autodidacte. Elle avait réussi à fermer son esprit aux pensées qu’elle entendait néanmoins elle devait se faire à l’idée que la magie faisait maintenant partie d’elle et que les vents n'étaient pas si simples à apprivoiser. Son entêtement à ne pas vouloir frayer avec cette part d’elle finit par se plier à la raison et aux arguments de ses proches. Accompagnée par son ami, elle finit par se rendre à Azzura, haut lieu de magie. Se mettre en relation avec les éminents sages de cette discipline lui semblait une bonne idée pour comprendre ses facultés. Pourtant elle avait quelques appréhensions. Sera-t-elle acceptée dans leur cercle ? Parviendra-t-elle à passer outre sa méfiance de la magie ? Seul le temps pourra le dire et son ou ses mentors. Jaromir resta quelques semaines avant de repartir pour regagner leur village natal car l’apprentissage de la magie prenait plusieurs années. Veyda aurait bien voulu qu’il reste plus longtemps mais elle comprenait qu’il veuille également poursuivre sa vie. Elle comptait bien entendu garder contact avec lui, espérant parfaire ses connaissances en lecture et écriture parallèlement à son apprentissage de la magie.  

Au fil des années et grâce aux enseignements de mages psychiques d'Azzura dans différentes spécialités, elle apprit à moduler la barrière qu’elle dressait pour se protéger des pensées de surface qu’elle entendait, à transmettre ses propres pensées à son interlocuteur et parfois à se glisser dans l’esprit d’autrui pour entendre et ressentir à travers lui. Action répréhensible selon les critères éthiques mais qui ne choquait pas plus que cela Veyda. Elle finit par concilier sa méfiance inhérente envers la magie et les capacités dont elle avait hérité. Pourtant elle gardait ses distances avec les guérisseurs. Elle ne leur faisait pas confiance depuis la perte de son audition, voilà pourquoi elle avait appris à tirer le meilleur parti des bienfaits de la nature. Azzura était un haut lieu de magie mais également un centre culturel aux ressources innombrables. Alors la jeune femme fit en sorte d'en tirer profit dans la mesure du possible. D’ailleurs elle avait l’impression que son statut de mage lui ouvrait les portes plus facilement même si cela ne faisait pas oublier ses caractéristiques physiques.

Veyda n’eut connaissance de la chute du dôme qu’une fois réveillée. L’atmosphère avait changé, elle le remarqua aussitôt. Alors elle se précipita à l’extérieur et un sourire ravi étira ses lèvres. Enfin, la liberté s’offrait à elle et elle décida de quitter la ville au plus tôt. Espionner les chevaliers l’avait lassée et elle s’était tournée vers d’autres occupations qui se résumaient à vivre au jour le jour. Autrefois elle avait pour motivation d’apprendre la magie et de découvrir la célèbre cité. Elle avait entendu de nombreuses histoires à son sujet et elle comptait constater leur véracité par elle-même. La jeune femme ne fut guère déçue par les descriptions qu’on en faisait. Outre son envie d’explorer le monde, Veyda était devenue cartographe. Elle était plutôt douée en dessin et croquer ce qu’elle voyait était également un moyen d’expression. Les cartes et les plans étaient des éléments indispensables pour un explorateur mais elle ne se contentait pas de représenter le paysage. Les villes, les immeubles, les personnes, tout y passait. Cependant Veyda trouvait que se contenter d’un trait de crayon sur un vélin était réducteur et elle voulait explorer l’idée d’incruster une illusion tridimensionnelle du lieu représenté sur papier, activable par un simple toucher. Sauf que les illusions n’étaient pas dans ses cordes, à sa connaissance, et il lui fallait trouver ceux qui pourraient le faire mais elle n’eut guère le temps d’approfondir ses recherches.

Cela faisait plusieurs années que Veyda se trouvait en ville quand la malédiction frappa. A l'époque, elle considérait en avoir terminé avec son apprentissage et comptait reprendre la route. Elle s’était octroyée encore une semaine pour faire le tour de la cité blanche et immortaliser les plus belles facettes de la ville avant de partir. D’autres horizons l’attendaient mais c'était sans compter sur cette suspension temporelle. Cinq millénaires de sommeil n’avaient pas émoussé son envie de parcourir le monde. Elle allait devoir tout réapprendre, ses connaissances étaient devenues obsolètes, les mouvances politiques avaient certainement changé depuis le temps tout comme les répartitions territoriales. Néanmoins, avant de se lancer sur les routes il y avait une destination qu’elle se devait de rejoindre. Quand l’heure du départ sonna, Veyda récupéra ses fontes, ses carnets et autres cartes avant de rejoindre Gad, son cheval le seul lien qui lui restait avec sa vie d’antan.

Kaerdum, chaîne montagneuse à la frontière d’Azzura. Le village de Doon s’étendait sous ses yeux. Il s’était agrandi sans pour autant pouvoir prétendre à la dénomination de ville. Veyda se dirigea vers son ancienne demeure, bien différente de son souvenir, pour y voir de jeunes enfants s’amuser devant le pas de la porte. La jeune femme sourit car elle eut l’impression de se voir en train de pourchasser Jaromir et de batailler avec lui quand elle parvenait à lui mettre la main dessus. Ses parents étaient tombés amoureux de la région et avaient décidé de s’y installer. Cela n’empêcha pas son père de continuer ses voyages d’exploration. Même si elle avait ressenti cette absence étant enfant, les récits qu’il lui racontait le soir compensaient ce fait. Ses parents n’étaient pas originaires d’Ordanie, mais ils avaient réussi à se faire accepter par la communauté, les compétences d’artisan de sa mère originaire de Radjyn s’étant révélées très utiles ainsi que le sang en partie Vreën de son père. Grâce à ce dernier, sa famille pouvait avoir des nouvelles des changements qui survenaient dans le reste de la région et dans les pays aux alentours à travers les lettres qu’il leur faisait parvenir. Chassant ses souvenirs, Veyda fit faire volte-face à Gad et le laissa mener la chevauchée en attendant de décider de la prochaine destination.

Elle n’avait plus de famille. Pensive et triste, elle se demanda ce qu’il était advenu de ses jeunes frères et sœurs. Leur nom avait-il perduré à travers les âges ? Avaient-ils repris la route pour s’établir autre part ? Quand elle avait questionné quelques habitants, ils avaient répondu par la négative, ce nom leur était inconnu et ils se montraient réticents à prolonger la discussion. Cela n’étonnait guère Veyda, elle avait certains traits physiques qui rebutaient ses interlocuteurs. Pourtant cela n’avait jamais entamé sa détermination, elle avait grandi dans un foyer mêlant plusieurs origines ethniques, ce qui  lui donnait une perspective bien particulière de ses tares. Quoiqu’il en soit, la jeune femme allait devoir trouver un but à cette nouvelle existence. Le monde s’offrait à elle. Veyda devrait bien réussir à se trouver une place, du moins elle l’espérait tandis qu’elle se dirigeait vers le sud.    

   


   
Ambitions & Desseins

   

Explorer le monde et découvrir cette nouvelle époque
Mener à bien ses idées concernant les cartes et plans tridimensionnels
Se construire une nouvelle existence

   



   
Divers

   

   Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : Voilà bien longtemps que j’ai franchi ce cap.
   Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à nous inspirer de votre personnage pour créer un nouveau prédéfini ? : A voir au moment de ma disparition
   Moultipass : MDP validé par pépé

   + Bon je l'ai déjà dis mais très joli forum au contexte très détaillé et attrayant.
   


   
avatar
◈ Missives : 2163

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Sam 28 Fév 2015 - 13:35

Ah, chère Veyda !

Que ta fiche fut plaisante à lire ! Pas de fautes, une belle écriture, fluide...

J'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es dès maintenant l'un de nos héros ! Félicitations, et bienvenue à toi en nos étranges terres...

(Évidemment, n'oublie pas de créer ton Journal de Bord et n'hésite pas à faire une demande de RP pour trouver des compagnons de route pour tes premiers rp !)