Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Thardrin Ferombrail - Chef de la Harde de Tremblepierre

◈ Missives : 4

◈ Âge du Personnage : 169 ans
◈ Alignement : Chaotique Neutre
◈ Race : Nain
◈ Origine : Lorh, Satvar
◈ Fiche personnage : Thardrin Ferombrail

Héros
Thardrin Ferombrail

◈ Ven 26 Déc 2014 - 11:52

◈ Prénom :  Thardrin fils de Thyrdrin
   ◈ Nom : De la lignée des Valheim, dit "Ferombrail", alias qu'il doit à sa réputation de bastion d'acier ambulant.
   ◈ Sexe : Vigoureux, comme celui de tous les siens !
   ◈ Âge : 169 ans
   ◈ Date de naissance : le quatrième jour de Margrh de l'an -80
   ◈ Race : Nain
   ◈ Origine : Savtar
   ◈ Alignement : Chaotique - neutre
   ◈ Métier : Ancien Thane, désormais chef de la harde de Tremblepierre.
   

   

   
Magie

   

  Aucune.
   


   
Compétences, forces & faiblesses

   

   Artisanat :
      - Cuisine(intermédiaire)
      - dépeçage(novice)
      - réparation armes et armures(novice)
      - entretient armes et armures(Expert)
      - dessin de cartes(intermédiaire)

  Connaissance :
      - folklore local à Lorh (novice)
      - géographie de Lorh(Expert)
      - histoire de Savtar (Intermédiaire)
      - nature de Lorh(novice)
      - noblesse et royauté de Savtar (Intermédiaire)
      - religion naine (Intermédiaire)

   Art des combattants :
      - Pugilat(Expert)
      - Javelot lourd(Expert)
      - Haches(Maitre)
      - Jet (Hache : Maitre, Javelot : Expert, Couteaux : Intermédiaire)
      - Parade (Maitre)
      - combat au bouclier(Maitre)
      - stratégies de combat(Intermédiaire)
      - stratégie de guerre (Intermédiaire)

   Art des chasseurs :
      - pistage(novice)
      - survie(Intermédiaire)
      - dressage(Intermédiaire)

   Art des chevaliers :
      - équitation sur bouc(Expert)
      - équitation sur sanglier(Maitre)
   
   Art des politiciens :
      - intimidation(Expert),
      - galvanisation(Maitre)
      - sonneur de charge (Maitre)

   Langues :
      - naine et Kaerd(courant)
      - nymeriin (novice, il connais quelques mots, formules de politesse, et d'autres moins jolie jolie)

  Forces :
     Baroudeur tenace et inflexible, le nain est une force de la nature, ajoutant à l'endurance des siens la robustesse de son armure, le reître est un adversaire redoutable dans la mêlée. Étonnamment menaçant pour un être de si petite taille, le nabot est un combattant et un cavalier émérite. Mais sa plus grande force reste sa détermination et son moral sans faille ainsi que sa fière compagnie de la harde. Bon négociateur, il saura vendre les services de la troupe à prix d'or et convaincre les réticents de rejoindre sa cause. S'il ne semble être qu'un vil rustre, il est cultivé et possède un bon sens de la stratégie qui en a surpris plus d'un.

  Faiblesses :
      Têtu, buté, borné, revanchard et vindicatif ce petit bonhomme se laissera trop souvent emporter par son sang chaud, se mettant potentiellement en danger. Ce soiffard satyre se laissera sans mal séduire par les belles et les vices des tavernes et autres bouges quelconques. Comme tous les siens la cupidité fait également partie de ces leviers qu'il vous suffit d'agiter pour manipuler le coquin.

   


   
Physique

   

 Taille : 4 pieds (environ 1m30)

   Le grommeleur Thardrin est une créature courtaude, cependant s'il est râblé, à l'échine courte, il n'en reste pas moins une force de la nature. Ce fils de la montagne semble être né des flancs froids des pics de Lorh. Massive, sa carrure charpentée révèle des membres épais, lourds, aux muscles puissants. Le cuir épais du nabot est marqué par les affres du combat, cicatrices et tatouages se disputent la souveraineté de ce territoire tanné. Ce derme solide est richement paré d'un dense tapis d'un poil brun et dru. Il se dégage de ce roc un fumet qui n'a rien à envier aux autres pourceaux de la harde. Ici point de parfumerie, de poudres ou de bain quotidien, le nain laisse ces fanfreluches olfactives aux lopettes Valdurs et à ces bouffeur de salade aux oreilles pointues. Si la lourde carcasse de cet enfant de Lorh semble tout droit émergée du cœur des sommets de ce royaume froid, sa face ne déroge pas davantage à la règle. Ses traits semblent taillés au burin, les traits grossiers de cette trogne burinée dessinent un large tarin qui surplombe une bouche au dessin brut et aux lèvres mutilées par le froid. Elle est cependant occultée par la broussaille brune et fournie de sa barbe, une fierté pour le courtaud. Ce trésor de pilosité, tressé avec soin et étonnamment bien entretenu, dévore le visage marqué de celui-là, ne laissant presque percer que deux billes noires entre les plis et replis de son derme sous l'égide protectrice de deux larges et sévères sourcils. Ces yeux, comme deux puits vers le néant au fond desquels semblent pourtant briller une infime lueur, vous scrutent, vous détaillent, ils vous scindent en deux et s'enfoncent plus avant pour fouiller en vous. Enfin au sommet de son crâne trône une tignasse dense de long, lourds et gras cheveux bruns qui, s'ils ne sont pas attachés tombent sur un front solide crevassé de part et d'autres par les expressions et le temps.
   


   
Caractère

   

   Le bourru compagnon est un hargneux baroudeur qui n'a rien à envier à ses irascibles camarades porcins. Farouche obstiné du baroud comme des tractations, l'opiniâtre reitre sait se montrer inébranlable face à la tempête d'acier, la pluie de sang et le tonnerre grondant du fracas et de la fureur des massacres. De même en est-il des négociations mercantiles, le singulier marchand négocie âprement et avec inflexibilité les services de la valeureuse habilité de la harde émérite. Indomptable pécore, il est un animal sanguin qui ne trouve son foyer qu'au sein de sa meute. Il est de l'avis que peu importe le toit, tant que le brasier réconfortant de la fière et rieuse harde brûle dans l'âtre de son cœur, alors le court coquin est chez lui. Les siens sont sa famille et bien davantage, ils sont ceux qui eurent confiance en lui, qui le suivirent par monts et par vaux dans son interminable quête vindicative. Sa rancune est tenace, nourrie qu'elle est, tant par les méfaits de ces "grandes" gens sournoises, que par l'inaction coupable et complice de la tête couronnée qui siège mollement sur le trône de Lorh. Le comte déchu, terne vestige de la gloire passé de son nom, n'oublie pas, il ne pardonne pas et rend, avec une détermination sans faille, justice en Satvar. Ici point de parangon de probité, bast du châtiment équitable ! Car cette dame de droiture qu'est l'impartiale justice semble s'être absentée loin, bien loin des contrées glacées de ce continent. Or, il s'agit là de faire sa basse besogne de cette illustre absente, affranchir le noble peuple nain du joug de ces Vreën immondes, balayer le reliquat d'oppression encore trop présent à l'encontre des fiers enfants de la montagne. Tous ceux qui ont tenté d'exhéréder leur territoire aux nains seront traqués et châtiés comme il en convient pour de telles crapules. Le véhément personnage qu'est Thardrin est malgré son caractère ardent, enflammé, un compagnon bien-aimé. Familier soiffard, sa compagnie est souvent une explosion de bonne humeur contagieuse et vulgaire. Les taverniers et les maris goûtent moins la tumultueuse présence du ribaud qui sait apprécier la rousse et l'ambre de la mousse comme de la douce. Pour la première il est intransigeant, seules celles de son peuple ont à ses yeux le mérite d'être goûtées. Quant aux secondes, point de racisme, point de discrimination, il les goûte toutes, blondes brunes et rousses, même s'il les préfère, pareilles aux bières, menues et avec du caractère.
   


   
Inventaire

   

   Malgré les ascendances nobles du maraudeur, celui-ci n'est pas richement vêtu, pas plus de fanfreluches que de pierreries, hormis une chevalière, bague de son clan, symbole des comtes de Valheim, récupérée sur le cadavre froid de son père. Il porte également un bandeau de cuivre et d'acier, symbole le désignant chef de la harde.

Lorsqu'il faut s'équiper pour les chevauchées et le combat, Thardrin se couvre alors plus richement. Cette armure, joyeux mélange de maille, et de plate est la réunion de cuirasse, spallière, jambière, gantelet, canon d'avant-bras et de lourdes bottes de cuir. Cet amoncellement d'acier, couronné d'une barbute, a fait la renommée du courtaud. Ainsi équipé il ne lui manque que son bouclier, une large pièce d'acier ronde, pour être à la hauteur de son surnom de Ferombrail, car il est alors un solide et tenace adversaire que rien ne fait flancher et que rien n’atteint. Si sa large rondache lui offre une confortable protection, il l'utilise étonnamment davantage de manière offensive, frappant, enfonçant et repoussant ses adversaires. Le teigneux est armé d'un javelot lourd lui servant tant de lance que d'arme de jet, d'une francisque dont il s'arme dans les corps-à-corps serrés et d'un poignard dissimulé dans une de ses bottes.

Ses autres possessions sont ses montures, Perce-Trippe et Monte-Ravin, respectivement son sanglier et son bouc. Si le premier est lourdement caparaçonné, le second n'est équipé que d'une selle légère. Son barda et quelques pièces sont tout ce qu'il possède d'autres.
   


   
Histoire

   

  Le baroudeur avançait dans une demi-obscurité agonisante, devant lui l’horizon brûlait déjà du lent réveil de l’astre diurne. Les nuages de la nuit, qui avaient craché sur la harde un torrent d’eau des heures durant, avaient désormais laissé place à une épaisse brume glacée. Le long et épais mantel qui couvrait d'une chaude fourrure les larges épaules du nain et ne laissait apparaître de son visage qu'une lourde barbe brune, épargnant à peine à celui-ci la morsure revigorante de froid de Savtar. Cet air glacé des montagnes Thardrin l'avait toujours connu, né il y a bien longtemps de cela dans les contrées de Lorh, le domaine de ses aïeux l'a vu grandir des années durant, voyant le petit garçon joueur et aventurier devenir un brave nain, fier de son nom et de son foyer.

S'il avançait là l'échine courbée, son colossal sanglier lui servant de monture pataugeant dans la gadoue, il n'en fut pas toujours ainsi. À le voir comme cela, dégoulinant et mal léché, qui pourrait penser avoir affaire au comte Valheim ? Se disait-il. Car oui, ce meneur de la harde était bien d'ascendance noble. Ses manières ne le laissaient pas paraître mais malgré tout, le bougre eut une éducation riche. Des mathématiques à l'histoire en passant par l'art du combat, de nombreux domaines lui ont ouvert les portes de leurs connaissances. Le souvenir de ces jeunes années étira sur sa trogne un sourire amusé, il se rappelait les interminables et fastidieuses heures d'étude, les laborieuses et parfois douloureuses leçons martiales. La première fois qu'il tint une lame, qu'il porta le cuir et la plate, qu'il souleva, l'écu, le pavois et la rondache, qu'il s'était senti bête, fier ... mais idiot. Et pourtant la plaque et la maille étaient désormais pour lui comme une seconde peau d'acier, ses armes une extension de lui-même. Il avait travaillé dur pour ne plus subir les innombrables déculottées humiliantes lors des exercices quotidiens. Or voilà qu'à présent il était admiré des siens, craint et redouté de ses ennemis, qu'on le nommait Ferombrail, l'abri de fer.

Derrière lui soufflaient, causaient et ricanaient quelques dizaines de braves, les nains de la harde de Tremblepierre. Ces rustres aux manières peu convenables et à l'allure si peu clinquante étaient, pour la plupart d'entre eux il y encore peu, de loyaux soldats, fiers et valeureux fer de lance de Sa Majesté. Ils étaient issus d'un régiment de cavalerie lourde dont Thardrin avait été le Thane, après une brillante ascension au sein des forces armées du royaume de Lorh. Ensemble ils avaient repoussé l'envahisseur, les Valdurs présomptueux et orgueilleux avaient couiné, martelés par les charges de sangliers. Les os broyés, les panses ouvertes, les crânes fendus et les boucliers éclatés avaient été leur routine, leur sang avait coulé, pour Lorh, pour le roi. Or ce roi qu'ils avaient soutenu, défendu, à qui ils avaient rendu un royaume sur lequel régner ... ce roi les avait abandonnées, il avait offert la paix aux Valdurs, ouvrant même les portes de Lorh à ces barbares hypocrites. Le Thane avait donc déserté, outragé, et il avait emmené avec lui les soldats, depuis devenus frères, qui lui étaient fidèles. Cette troupe de mercenaires peu recommandables était désormais sa seule famille, son seul foyer. Les Valdurs, lors de leur invasion, lui avaient tout pris. Il avait retrouvé les terres Valheim noyées du sang des siens, il avait dû marcher sur les cadavres encore grouillants de vermine, entre les ruines fumantes d'un domaine jadis prospère et magnifique.

Si la rancune des nains est légendaire, celle de Thardrin est éternelle, la colère et la douleur lui rendaient insupportable l'idée de l'ouverture aux Valdurs. Cette pensée le faisait enrager, elle avait motivé sa désertion, celle de ceux qui le suivaient, comme elle motivait à présent la croisade, traque vindicative des bourreaux et tortionnaires Vrëen. Désormais, il écumait le royaume accompagné de ses frères, pistant et débusquant les Valdurs voleurs, pilleurs, violeurs, ceux qui encore aujourd'hui maltraitait le petit peuple. Ce fut lors de l'une de ces chasses mortelles que la harde rencontra et adopta Sangroin. Ce têtu cochon s'était retrouvé pieds et poings liés, enfermé dans un trou humide, pour avoir quelque peu malmené la milice Valdur locale. Les braves maraudeurs, à leur arrivée dans la bourgade, tannèrent le cul des vils miliciens, libérant les opprimés et redistribuant les richesses volées aux nains du coin. Le Sangroin rejoignit la drôle de compagnie, sur la promesse de pouvoir botter les culs Valdurs. Ce culbuteur soiffard trottait désormais, monté sur son goret, aux côtés de Thardrin, en tant que fidèle ami et frère d'arme.

Thardrin leva les yeux, devant lui, enfin, se dressait l'imposant corps de garde de leur tanière. Cette bouche béante moitié creusée à même le flanc de la montagne, moitié érigée en une solide maçonnerie, s'ouvrait sur une ancienne place forte naine. Ce bastion, tombé lors de l'invasion Vrëen, avait été sauvé de l'abandon et délivré de sa triste solitude lorsque la harde de Tremblepierre en avait fait son repaire. Ces murs épais étaient devenus les protecteurs de la harde, cette demeure troglodyte était devenue leur foyer. La lourde herse d'acier se rétracta dans la roche à leur arrivée, comme une gigantesque mâchoire métallique. Bientôt la colonne de cavalier se dispersa, les uns rejoignant leur famille, les autres préférant la chaleur de la taverne et de la bière. Thardrin, lui, resta un instant dans la vaste entrée, songeant. Il avait été dépossédé de tout ce qu'il avait, tout avait été perdu, et pourtant il se sentait ici chez lui, en famille, heureux d'être ce qu'il était et de faire ce qu'il faisait.
   


   
Ambitions & Desseins

   

   Son but est celui de la harde, celui de tous ceux qui ont choisi de se battre sous sa bannière. La harde de Tremblepierre fut créée par Thardrin et les soldats qui désertèrent avec lui suite à la décision du roi d'ouvrir Lorh aux Valdurs. Cette compagnie de mercenaires a pour but de venir en aide au peuple nain lorsqu'il est opprimé, elle libère, venge et rend justice pour ceux qui en ont besoin ... ou ceux qui payent. D'autres races que les nains firent appel à la harde, mais il est vrai que la majorité des contrats ou des interventions de la harde sont au bénéfice du petit peuple. Casser du Vrëen, piller les villages Valdurs et rançonner leurs marchands sont peu ou prou les activités de la troupe de Ferombrail. Si la harde est opposée au roi et à sa politique, elle reste un fidèle rempart du royaume de Lorh contre ses ennemis.
   



   
Divers

   

   Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : devine
   Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à nous inspirer de votre personnage pour créer un nouveau prédéfini ? : ouep, mais je compte pas disparaître Wink
   Moultipass : MDP validé par pépé

   
   


   
◈ Missives : 2046

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mer 21 Jan 2015 - 19:25

Et te voilà validé, cher Thardrin, par Onyria, Myrthuän et moi-même !

Nous ne te souhaitons pas la bienvenue vu que tu es déjà un membre actif d'Azzura, mais te félicitons néanmoins pour ton double compte et cette petite écriture sympathique (tu t'améliores bien, bougre ! Continue dans cette lancée !)

Encore félicitations, cher maître Nain !