Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ethel de Lor

avatar
◈ Missives : 1

◈ Fiche personnage : [url=][/url]
◈ Crédit Avatar : .

Aventurier
Ethel de Lor

◈ Dim 3 Juin 2018 - 18:04

◈ Prénom :  Ethel
◈ Nom : de Lor
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 19 ans
◈ Date de naissance : 9 magrh de l’an 72 ère des rois
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Ordanie / Lyria
◈ Alignement : Neutre
◈ Métier : Actuellement vagabonde


Magie


Magie des ombres :
Ethel n’est sûre de rien. Elle se borne à croire que les spectres qui apparaissent parfois autour d’elle ne sont pas de son fait. Quoiqu’il en soit, elle ne contrôle rien. Parfois, il n’y a qu’un spectre tangible parfois il y en a plusieurs plus flou et ils disparaissent souvent très vite. La seule chose qu’elle peut réellement affirmer, c’est qu’elle ferait tout pour les voir disparaître pour de bon, sa raison en dépend certainement.


Forces & faiblesses



Forte de son éducation, Ethel une jeune femme intelligente et cultivée. Mais ne s’étend jamais vraiment intéressé à rien, elle n’excelle dans rien. Les règles d’étiquettes n’ont pas vraiment de secret pour elle, mais elle ne s’est jamais vraiment attachée à les suivre plus que nécessaire. Elle connaît assez bien les jeux de la politique, son père a prit soin de la former, mais n’y trouvant aucun intérêt, elle ne s’en mêle pas outre mesure, même plus du tout aujourd’hui.
Tout de même, elle a travaillé un peu plus que le reste la musique y trouvant sans doute un exutoire et aime lire tout et n’importe quoi quand elle en a le temps.

Ethel se débrouille assez bien une épée à la main réussissant en règle général à compenser son manque de force par son agilité et sa souplesse et même si elle n’est pas mauvaise à l’arc, elle préfère manier sa lame.

Son manque d’expérience est sans doute une de ses plus grandes faiblesses, parce que même si chaque jour, elle découvre un peu plus le monde, elle n’admettra jamais avoir des doutes ou des hésitations sur quoique ce soit.


Physique


D’aspect général, Ethel est tout en longueur bien que plus petite que la moyenne. Carrure fine, belle prestance, c’est sans doute le signe le plus évident de ses origines nobles, ce petit air supérieur qui en agace plus d’un.
Pour compléter son côté longiligne, qui la désole bien plus qu’elle ne voudrait l’admettre, elle a un visage ovale au trait fin. Rarement souriant, il reste tout de même avenant. Assez douée pour cacher ses pensées, il assez difficile de lire sur son visage, qu’elle garde souvent neutre. Pourtant, derrière ses yeux marrons tachetés de vert, on peut parfois y lire son désarroi.
Avant, elle était toujours parée de beaux atours colorés, aujourd'hui par la force des choses, elle s’habille bien plus modestement. Préférant des couleurs sombres, passe-partout et des tenues pratiques, même si elle prend toujours soin de sa présentation.
Ethel n’aime pas trop s’attacher les cheveux, préférant garder sa chevelure châtain tombant sur ses épaules ondulant naturellement. Du moins, elle parlera de préférence, mais à vrai dire, avant, on les coiffait toujours pour elle et aujourd’hui, elle n’est malheureusement pas très douée pour ça. Mais pour le côté pratique de la chose, elle se fait régulièrement des tresses assez simple et pas toujours très réussies non plus.
Finalement, elle se décrirait comme quelqu’un d’assez banal, un visage qu’on ne retient pas, mais son doute pour beaucoup, elle assez jolie.


Caractère


Ethel est une jeune femme instruite et cultivée. Même si rien ne la passionne vraiment, elle a toujours suivi ses leçons consciencieusement, prenant soin de faire ce qu’on attendait d’elle, du moins jusqu’à il y a quelques temps. D’ailleurs le fait qu’elle ne s’intéresse à rien est bien un de ses principaux problèmes. Toujours coincée dans un état de mélancolie permanent, elle aimerait beaucoup vivre quelque chose de vraiment palpitant pour la sortir de son ennui quotidien. Parce qu’au final, avoir quitter son foyer pour vivre sur les routes et loin d’être une aventure aussi palpitante qu’elle l’espérait. Au contraire, c’était juste souvent difficile.
Simplement marquée par le poids des atteintes qu’on avait pour elle, un jour, elle fit simplement de se détacher de tout, pour que la déception des autres n’entraînent jamais la sienne.
Malgré l’indifférence qu’elle porte pour un peu près tout, elle n’arrive pas à se séparer de sa peur. Peur de ne pas être à la hauteur de ceux qui l’on précédé, peur de ne pas réussir. Au départ, elle crut que les ombres du passé qui habitaient les yeux de son père avait fini par se matérialiser dans son esprit, pour la hanter. Aujourd’hui, elle s’est que les spectres qui l’accompagnent sont tout autre chose et sa peur n’a fait que croître.


Inventaire


Ethel ne s’encombre jamais de grand-chose. Elle garde toujours les quelques bijoux de sa mère qu’elle possède et ne porte jamais car trop voyant pour une fille du peuple et son épée.


Histoire


En l’an 72 de l’ère des rois, Ilaria est un paisible petit duché au nord de Lyria, bordé par des falaises surplombant la mer Prialm et des plaines verdoyantes. Bien que les traces des invasions Alsderns n’étaient pas encore totalement effacées, le cœur de la seule grande ville du duché battait au rythme de son port et de son commerce. En haut de la ville, se tenait encore fièrement le fort perché au bord des falaises de la ville, au lieu militaire, mais aussi lieu de vie du duc d’Ilaria, Victor de Lor et ce qui restait de sa famille. Après avoir perdu ses deux filles, sa femme s’apprêtait à mettre au monde leur troisième enfant, dans les cris et la douleur. Alitée depuis des mois, la duchesse s’apprêtait à utiliser ses dernières forces pour mettre au monde cet héritier tant espéré. Ce fut une fille.  Ethel prononçait ses premiers cris et la duchesse ses derniers.

Ethel grandit, une enfance assez banale pour une famille de noble, des nourrices, des précepteurs, des leçons, des bals, des présentations. Rien qui ne mérite selon elle d’être raconté. Pourtant, elle n’a jamais été heureuse. Dans les yeux de son père, qui pourtant la chérissait plus que tout, elle ne voyait que du chagrin. Alors elle passa son temps à essayer, en plus d’être la fille qu’elle était, d’être le fils qu’il n’avait pas. Elle fut éduquée de bien des façon comme un homme, en plus des leçons habituelles pour les femmes de son rang, on lui apprit très jeune les arts de la guerre. Elle était loin d’exceller aux maniements des armes mais savait faire preuve de suffisamment de stratégie pour compenser ses faiblesses. Malgré tout, elle était bien meilleure danseuse.

C’était une vie monotone qu’était la sienne, tous les matins, elle retrouvait son père qui lui dictait ce qu’elle attendait d’elle pour la journée qui était majoritairement composée de leçon. Sa sérénité, elle la trouvait dans le mouvement des vagues s’écrasant au pied des falaises sous sa fenêtre. Le son apaisait son sommeil, la mer accompagnait ses rêves.

Heureusement, il voyageait beaucoup dans Lyria ou sur le continent, troublant quelques peu leurs habitudes, mais même là, ses précepteurs et leur leçon la suivaient. Et aussi les ombres de sa famille perdue alors qu’elle ne les avait jamais connu, ses spectres qu’elle voyaient tous les jours dans les yeux de son père.

Avait-il fini par prendre forme, les ombres du passé ? Ethel n’avait jamais vraiment eu peur du noir avant cette après-midi. Assoupie sur un fauteuil, livre à la main – qu’elle était censée étudiée – elle s’était réveillée avec une ombre immobile devant elle, semblant avoir forme humaine, et puis plus rien. Et puis, elle crut l’apercevoir partout, rodant dans ses pas. Elle avait essayé de la toucher, mais elle disparaissait toujours, elle avait essayé de lui parler, sans jamais avoir aucune réponse. La peur s’installait s’encrant profondément en elle, renforçant les spectres qui la hantaient. Plusieurs fois elle crut se faire engloutir par les ombres de ses cauchemars, après que les bougies se soient entièrement consumées.

Et puis vint ce matin, où Madame Line, comme tout les matins rentra dans sa chambre pour l’aider à se préparer. Elle resta immobile dans l’entrée de la porte : « qu’est-ce … que c’est ? » d’une voix tremblante. El l’ombre disparu. Comprendre qu’elle n’était pas folle était encore bien plus effrayant, elle n’était pas la seule à les voir.

Des murmures du retour de la magie avaient gagnés Ilaria et Ethel prit la fuite. Sans doute était-ce absurde d’imaginer qu’en partant, les ombres partiraient aussi, mais la décision n’était certainement pas réfléchi. Un sac de voyage contenant ses affaires de voyage les plus simples, une bourse bien remplie, l’épée que son père lui avait offerte – sans doute en pensant qu’elle n’aurait jamais besoin de l’utiliser pour de vrai  - et quelques bijoux de sa mère qu’elle n’avait pas le cœur de quitter fut les seules choses qu’elle emmena avec elle.

Il a été simple de payer une place sur bateau marchand en direction de Kaerdum en échange d’une belle somme et encore un peu plus pour la discrétion. Elle n’avait pas réfléchi plus et une fois sur le continent Ethel n’avait aucune idée de ce qu’elle pourrait faire et finalement ce fut assez facile. Proposant ses compétences à l’épée au caravane marchande ou payant sa place dans l’une d’entre elle, elle voyageait au rythme du commerce. Comme elle chantait plutôt bien, il lui arrivait aussi de faire des représentations dans quelques auberges. Elle n’eut jamais vraiment besoin de se cacher, personne se doutait qu’une jeune fille de famille noble avait pu quitter la richesse de son quotidien pour la vie des routes. Mais elle avançait sans réel destination et sans réel but. Il lui semblait que les spectres qui l’accompagnaient se faisaient plus rare même s’ils étaient plus tangible ou alors ce n’était qu’une impression maintenant qu’elle les savait réel.

Plusieurs fois elle voulut rentrer, sachant bien qu’être partie ne la mènerait nulle part. Mais découvrir le monde l’attirait bien plus que son ancienne vie. Puis l’épidémie faisait rage à Lyria et ailleurs aussi. Des événements fous semblaient se produire partout et elle avait peur d’affronter son père qu’elle avait abandonné, alors qu’elle était tout ce qui lui restait.

Ambitions & Desseins


Ethel n’en a pas vraiment et ne s’en inquiète pas non plus. Elle semble attendre quelque chose, mais elle ne saurait vous dire quoi, se contentant d’avancer là où sa route la mène.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : Bien plus malheureusement.
Moultipass : Validé par Harden


Bon ça fait très longtemps que je n’ai pas écrit, ça n’a pas été facile et en fait c’est assez stressant d’être lue. Mais bon j’ai enfin décidé à sauter le pas et j’espère que ça conviendra.