Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Idril Palanén

avatar
◈ Missives : 1

◈ Fiche personnage : [url=][/url]

Aventurier
Idril Palanén

◈ Mar 15 Mai 2018 - 21:57

">
◈ Prénom : Idril
◈ Nom : Palanén
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 28 ans
◈ Date de naissance : Elye Lunae
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Seregon / Rhaemond
◈ Alignement : Neutre bon
◈ Métier : espionne/Commerçante


Magie


Magie Psychique

“-Vous pouvez embrasser la marié...”
Enfin, se répétait Idril en boucle dans sa tête, enfin elle aussi avait le droit au bonheur. Tout cela  grâce à l’avarice de ses parents qui avaient trouvé en leur nouveau gendre un moyen d’augmenter leur fortune. Celle-la même qu’elle détestait plus que tout lorsqu’elle voyait ces pauvres mendiants dans les rues qui devaient suer pour gagner quelques pièces pour survivre. Mais ses parents n’en avaient que faire, eux, tout ce qu’ils désiraient, c’était de gagner plus, toujours plus, même si pour cela, ils devaient vendre leur fille unique à un homme qui certes, savait distinguer le bien du mal, mais qui n’avait aucun scrupule à se servir des gens comme des marionnettes travaillant à son compte. Idril et son fiancé, désormais, époux, passaient le plus clair de leurs temps à tester leurs sentiments l’un pour l’autre qui, petits à petits s’étaient développés depuis leurs premières rencontres. Ils s’aimaient à présent et pour cela, ce mariage arrangé de dérangeait plus ni l’un, ni l’autre.
Sans se rendre compte de ses actes, elle en profita pour mordre les lèvres de son nouvel époux et celui-ci, stupéfait par cet affront, s’apprêtait à la corriger devant la foule, qui n’avait rien remarqué, lorsqu’elle vit dans un coin ses deux parents, heureux comme jamais et lui adressant des grands sourire. Le cœur serré, elle ne pouvait se résoudre à les décevoir aujourd’hui, face à toutes ces personnes dont elle ne connaissait pas la moitié. Alors, elle se tourna vers son mari, qui venait de lui attraper violemment son poignet, pour le regarder droit dans les yeux en lui suppliant d’oublier cet acte de rébellion de sa part. La situation était certes, dangereuse pour eux, mais c’était comme cela qu’ils passaient leurs journées, à s’affronter pour savoir lequel des deux aimait le plus l’autre et surtout, lequel des deux était le plus fort.
“Oublie, oublie, oublie…, ce répétait-elle presque avec amusement en croisant son regard tendre qu’il posait sur elle.”
C’est alors qu’elle sentis des picotements dans sa nuque, une très désagréable sensation et tout en continuant sa litanie intérieurement dans sa tête, elle ne vit pas le regard étrange que lui lançait à présent son époux en face d’elle. Il l’observait en fronçant les sourcils et lui adressa un grand sourire à son tour avant de la serrer contre lui devant le public qui demeurait gêné par cette démonstration d’amour.
Il semblait avoir tout oublié de leur précédent duel et paraissait être désormais, le plus heureux des hommes.
Mais que venait-il de se passer ? Se demandait Idril en fronçant les sourcils.


Forces & faiblesses


Forces : Idril possède une beauté éblouissante qui lui permet d’avoir facilement des aveux auprès des hommes autours d’elle. La discrétion est sa spécialité. Grâce à elle, elle réussit quasiment toujours ses missions auprès du service secret des Mésanges sans le moindre problème. Sa taille moyenne lui permet de se faufiler facilement dans les petites ruelles et les cachettes les plus étroites. Sa capacité à réfléchir rapidement est aussi un atout pour se sortir des situations difficiles. De par ses relations, elle connaît beaucoup de gens aussi bien dans la noblesse, la bourgeoisie ou les simples gens du peuple.

Faiblesses : Elle est très solitaire, ayant reçue une éducation stricte par un professeur, elle n’a pas souvent eu l’occasion de se faire des amis. De ce fait, elle accorde peu facilement confiance aux gens, ce qui ne l’empêche pas de les aider dans leurs besoins. Le fait qu’elle soit fière et têtue l’entraîne souvent dans des problèmes. Malgré le fait qu’elle déteste la fortune de ses parents et leurs abandons à son sujet, ça ne l’empêche pas d’apprécier le luxe et elle reste très dépensière en terme de vêtements et d’équipements personnels pour ses missions.


Physique



Idril mesure 5,24 pieds. Sa peau aurait dû être blanche pour représenter la pureté de la bourgeoisie, mais elle est très légèrement bronzée ce qui ne gêne guère son mari, la trouvant plus belle ainsi et plus unique. Elle aime colorier ses yeux de maquillages et plus particulièrement, de maquillages aux couleurs chaudes. Déjà bien solitaire, elle préfère porter des vêtements  et des fards plus vifs pour montrer sa joie de vivre. Ses yeux sont de couleurs marrons et s’accordent très bien avec l’auburn de ses longs cheveux ondulés qui lui tombent jusqu’aux fesses et qu’elle préfère tresser pour éviter que ses mèches lui cachent ses yeux. Elle possède également un petit en trompette qu’elle affectionne tout particulièrement car son mari le trouve mignon. Il aime aussi beaucoup son long cou élancé sur lequel il pause ses lèvres le soir, avant de dormir. Fière de sa taille fine, elle adore mettre de longues robes pour paraître plus grande encore. Elle porte souvent une longue robe rouge et or qui représente le tout premier cadeau de son époux. D’ailleurs, Idril adule les vêtements et les après-midis qu’elle passe pour en acheter. Lorsqu’elle sort, elle s’enroule toujours dans une longue cape en or. En dehors de celle-ci, elle possède également une cape grise en velours, qu’elle utilise durant ses missions pour Sephna. Elle porte également un fin ornement autour de son front qu’elle ne quitte jamais hormis durant ses enquêtes pour ne pas se faire repérer plus facilement.


Caractère


Idril, de part son éducation, est quelqu’un de très sûr d’elle. Elle sait se qu’elle veut ce qui en fait également une personne extrêmement têtue. De part son assurance, elle peut parfois manquer de jugeote et dire tout haut ce que d’autre pensent tout bas ou même, parler avant de réfléchir. En revanche, dans une situation désespérée, elle saura se taire en cas de besoin, devinant tout de suite danger au moindre mot prononcé. La jeune femme est quelqu’un de solitaire, qui accorde peu sa confiance autour d’elle mais qui n’hésitera pas pour autant à aider son prochain. Si on accorde souvent la mélancolie à la solitude, ça n’est pas son cas car justement parce qu’elle est souvent seule, elle respire la joie de vivre lorsque quelqu’un accepte sa compagnie. Idril possède également une grande patience envers autrui et saura se montrer raisonnable selon le profil de la personne en face d’elle. Pour un roturier par exemple, elle n’hésitera pas à répéter plusieurs fois la même chose, jugeant que ce dernier n’a sûrement jamais eu de précepteur comme elle. En revanche, si une noble ou quelqu’un qui lui semble avoir suffisamment d’argent pour revoir des leçons lui semble être un ou une incapable parce qu’il ou elle a refusé d’apprendre ses cours, alors Idril risque fort bien de s’énerver contre cette personne.
Idril a également la mimique de s’endormir sur un siège avec un livre lorsqu’elle lit le soir.


Inventaire


Idril porte toujours sur elle son fin ornement en or autour de son front.
Elle possède de nombreux vêtements aux couleurs chaudes.
Un petit poignard offert par son mari pour qu’elle puisse se défendre.
Un équipement d’espionne offert par Sephna pour mener à bien ses missions.
Un arc et des flèches qu’elle utilise peu mais qu’elle affectionne beaucoup.


Histoire


Idril naquit un soir où la température de la nuit était bien basse. Autour de sa mère, allongée dans un grand baldaquin, les servantes s’activées pour lui apporter de l’eau afin de la désaltérer mais aussi des couvertures pour elle et le bébé. Durant les premières années qui suivirent sa naissances, elle vécue entourée d’amours de la par de ses deux parents, alors de simples bourgeois dont leurs réputations ne les intéressaient guère. Une dizaine de servants travaillaient pour eux et malgré leurs supériorités, les deux adultes ne leurs reprochaient pas grands choses si ce n’était, le travail mal fait. Malgré la présence de ses deux parents à ses côtés, la petite fille se sentait très seule durant son enfance, ses amis se faisaient rares car ses parents refusaient qu’elle se lie d’amitié avec les plus pauvres qu’eux. Un jour pourtant, elle rencontra garçon du même âge qu’elle, à ses huit ans. Tous deux apprécier jouer ensemble et partageaient de nombreuses passions communes. Cependant, l’enfant lui apprit, deux ans plus tard, que ses tuteurs lui avaient trouvé une épouse, une jeune fille bien plus riche qu’eux et que jamais leur relation ne pourrait aller plus loin que la simple amitié. Pourquoi se disait-elle alors en pleurant dans les bras de sa mère, pourquoi cela ne pouvait être elle qui se marierait avec lui ? Leurs cœurs brisés, les deux adultes décidèrent que pour rendre heureuse leur héritière bien aimée, ils travailleraient d’arrache pied pour augmenter leurs fortunes. Sans le savoir, la petite Idril était devenue la raison pour laquelle ses parents furent moins présents par la suite.

Ceux-ci rencontrèrent, trois ans plus tard, un marchand qui venait du royaume de Aiseth. Ce dernier était prêt à faire affaire avec eux pour commercer par bateau et vendre un peu partout dans le monde de Rëa. La spécialité de la famille d’Idril était le tissus, aussi, vendirent-ils de nombreux vêtement à travers les différentes contrés et ce fut ainsi qu’ils forgèrent leurs fortunes petit à petit. Mais les deux adultes, en s’apercevant que leur commerce fonctionnait à merveille et que leurs coffres se remplissaient d’argent, en voulurent toujours plus jusqu’à oublier le but premier de leurs dures labeurs, rendre leur fille heureuse. Néanmoins, ils se rendirent compte que pour espérer devenir encore plus influant dans le milieu, il fallait également se construire une bonne réputation pour gagner la confiance des investisseurs. c’est pourquoi, à l’âge de quatorze ans, Idril reçue une éducation bien plus stricte avec l’aide d’un précepteur qui, bien que sévère dans ses leçons, lui apprit énormément de choses sur l’histoire de Rëa mais aussi, toutes les rumeurs et tout ce qu’il connaissait sur La salle blanche et Le voile. La jeune fille était passionnée par tous les mystères qui entouraient les royaumes bannis mais elle dû très vite oublier tout cela pour se concentrer sur le commerce car ses parents désiraient, bien sûr, qu’elle reprenne le flambeau et Idril, en tant que jeune fille bourgeoise, ne connaissait de toute façon, rien d’autre que cette vie. Durant un temps, elle aurait voulut enseigner l’histoire à d’autres enfants nobles pour elle-même gagner son propre argent. Elle n’oubliait pas pour autant ce doux rêve aujourd’hui.
Le jour de ses dix-huit ans, elle apprit que son meilleur ami, qui avait jusque là, tout fait pour reporter son mariage, aller épouser la fameuse fille dont il lui avait parlé il y a des années de cela. Cette annonce lui brisait le cœur une nouvelle fois car elle pensait que sa situation actuelle changerait les choses et que leurs parents accepteraient cette union. Que nénies! Ce même jour, ses propres parents lui apprirent qu’à présent que leur fortune était si grande, ils lui avaient trouvé un époux et qu’il s’agissait de nul autre qu’un cousin de son ami d’enfance. Le cœur en miette, elle du se résoudre à le voir partir déménager à Sunaï, pour lequel il dû se préparer à un long voyage.
Peu de temps après, elle sombra dans une profonde déprime et ce fut, à sa plus grande surprise, son fiancé qui l’en sortit. Ce dernier connaissait ses sentiments pour son cousin et il ne lui en voulait pas. Il désirait simplement que leur union se passe bien et qu’ils se fassent confiances l’un envers l’autre. Petit à petit, Idril se surprit à lui confier ses secrets, à l’apprécier, mais surtout, à oublier cette rancœur envers son ami qui l’avait délaissé. Elle ne désirait plus qu’une seule chose, le retrouver pour lui pardonner d’être partit et lui souhaiter tout le bonheur qu’il pouvait désirer.
Seulement, la jeune femme considérait que sont histoire commençait réellement le jour où elle entendit une discussion envers son fiancé et un inconnu avec lequel il commerçait des plantes, la spécialité de sa famille.

« -Il nous faudrait davantage de plantes médicale, lui disait son partenaire. Nous avons une offre avec des scientifiques qui travaillent sur un nouveau médicament pour je ne sais quelle maladie…
-Tu ne sais pas ? s’étonnait son promis en s’efforçant de ne pas sourire.
-Non, tu sais bien, je suis commerçant, pas médecin, grimaçait son interlocuteur. Moi ce qui m’intéresse, c’est le contrat que l’on a signé avec eux et ce que ça pourrait nous rapporte, le reste, autant te dire tout de suite que je m’en fiche complètement…
- Je sais, je sais, on se préoccupe de l’argent et le reste on déplore toute responsabilité en cas d’accident. »

Indignée par si peu de compassion pour le peuple qui bénéficiera de ce médicament, Idril porta ses mains sur sa bouche pour couvrir ses cris. Elle ne désirait pas que cet homme qui lui avait redonné espoir la surprenne entrain de l’espionner. Que faire si ce remède se révélait néfaste et aggravait la situation ? Elle devait en parler à quelqu’un pour prévenir tout risque d’infection par la suite.
Après cette discussion, elle espionna régulièrement son futur mari et découvrit qu’il couvrait bons nombres d’activités illégales au saint de son groupe. En revanche, il restait toujours aussi prévenant et sympathique envers elle mais cela ne lui suffisait pas. Elle voulait qu’il cesse tout cela. Ce côté sombre qu’il refusait de partager avec elle l’effrayait au plus haut point.
Alors, elle fit ce qu’elle devait faire pour protéger sa famille.
Elle rencontra, lors d’un jour de marché, une jeune femme de son âge qui était déjà mariée et qui connaissait, grâce aux rumeurs, sa situation grâce aux rumeurs qui courraient sur son futur mariage. Cette dame lui proposa, dans un premier temps, de venir boire le thé avec elle et d’autres de ses plus proches amis, durant plusieurs après-midis. Au cours de celles-ci, Idril découvrit bien vite que toutes ses femmes n’aimaient guère leurs maris où qu’elles ne parlaient que de leurs défauts et de leurs activités illégales. Bien sûr, Idril avait apprit à apprécier son fiancé avec le temps mais comme  ces autres femmes, elle ne pouvait accepter les dangers que celui-ci faisait courir au peuple.
Quelques mois plus tard, son mariage arriva et avec lui, la découverte que la magie était de retour. Elle était parvenue à faire oublier à son époux qu’elle lui avait mordu ses lèvres avant même qu’il ne vienne à la corriger devant la foule. Car malgré tout l’amour qu’ils se portaient, l’un comme l’autre s’entendait comme larron en foire. Ils ne cessaient de se piéger entre eux pour se prouver leur confiance. Peu de temps après son mariage, son amie bourgeoise lui annonça une surprise à laquelle elle ne s’y attendait pas. Effectivement depuis quelques temps, sa confidente lui avait mandé plusieurs services comme tenter d’apprendre l’emplacement de l’entrepôt où son mari gardait les plantes médicale lors de cette fameuse affaire ou encore lui emprunter une de ses tasses qu’il affectionnait. Elle apprit alors que cette tasse, son amie l’avait longuement étudié et regardé pour tenter d’en apprendre plus sur la vie de cet homme. Tout ce qu’elle avait trouvait, c’était qu’il était très propre, très méticuleux, puisqu’il n’avait laissé aucune trace ou tache sur celle-ci. Elle apprit que cette dame s’appelait Sephna de Blain et qu’elle avait créé, avec l’accord du roi de Rhaemond, un service secret qui ne contenait que des femmes. Elle en était le chef et régulièrement, elle rencontrait Elund Gartred pour lui apporter toutes les nouvelles suspects que ses membres lui apprenaient. Idril se souviendrait toute sa vie de cette conversation qui l’avait changé à jamais. Elle qui, quelques jours avant, se découvrait un pouvoir qui lui permettait de modifier la mémoire des gens, la voici espionne pour le compte du roi.  Que lui avait dit Sephna déjà ? Ah oui…

«Madame Palanén, il faut que vous sachez que je n’accorde pas facilement ma confiance aux gens, lui avait-elle avoué. Vous en avez la preuve, cela fait presque un an que nous nous connaissions et que je vous demande des petits services que vous m’avez toujours rendu. Je sais qu’au fond de vous, vous aimez votre mari mais que vous aimeriez qu’il arrête son commerce illicite qui peut non seulement blesser le peuple mais aussi l’appauvrir au vu de tout ce que vous m’avez dis à son sujet. J’espère que la confiance que j’ai en vous ne sera pas trahit et que vous saurez honorer l’organisation. Nous risquons toutes notre vies dans cette affaire... »

Sephna fut alors la première personne à laquelle Idril pouvait réellement s’attacher depuis que son ami d’enfance était partit. Elle fut également la première à qui elle montra son pouvoir récemment  acquit et la noble dame lui demanda de nombreux services par la suite qui nécessité l’utilisation de son don. Petit à petit, Idril monta en grade dans le service secret, faisant à présent partie des piliers de celle-ci. Son mari ne découvrira jamais que derrière chacune de ses défaites commerciales qui concernaient un fait illicite, c’était sa propre épouse qui en demeurait responsable. De ce fait, il arrêta petit à petit de faire partit du marché noir et ce concentra sur d’autres productions. Aujourd’hui, Idril accomplissait désormais ses missions en rapportant les faits de son entourage à Sephna, l’accompagnant parfois aux lieux de rencontre avec le roi mais jamais, elle ne fut confrontée directement à lui, restant toujours éloignée d’eux, cachée dans l’ombre.


Ambitions & Desseins


Partir en missions plus ou moins dangereuses pour les services secrets des Mésanges.
Des excursions pour le compte du commerce de ses parents dont elle héritera à leurs morts.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : J’ai 25 ans si cela peut répondre à votre question ? Smile
Moultipass : mdp validé par pépé

+ Tout ce que vous voudrez écrire ! (J'ai juste envie de dire, chouette alors, j'aurais pu écrire un roman entier sur ce personnage ! Smile