Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Madeleine Grudet - Prostituée

Invité
Invité

◈ Mer 31 Jan 2018 - 22:59

◈ Prénom :  Madeleine
◈ Nom : Grudet
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 20 ans
◈ Date de naissance : Cean 11 Friest 70
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Ordanie / Kaerdum / Garsan
◈ Alignement : Neutre
◈ Métier : Prostituée


Magie


C’est zinzin. Tout ce qui se passe là, le monde tout autour, il est toqué. « Aberrant », qu’il disait, Jonas, celui qui aime utiliser les grands mots.

Pour Mada, la première fois, c’était y a un an a peu près, pour son anniversaire. C’est que Madame Claude, elle la soignait Mada, alors pour l’occasion, elle avait coupé cinq de ses roses spéciales, celles qu’on peut pas toucher, et elle avait tressé ça dans une jolie couronne. Oh, elle était heureuse Mada, avec les jolies fleurs sur sa « luxuriante chevelure ». Belle aussi. Seulement voilà, comme Madeleine l’a raconté pleins de fois, elle est sur le client, et ça secoue pas mal, alors elle met sa main sur la parure pour pas qu’elle bouge, et tout d’un coup, c’est lourd, très lourd. En or, que la couronne s’était transformée, comme la royauté. Un gros tas d’or, voilà ce que c’était. Tout de suite, elle l’a donnée à Madame Claude bien sûr, on n'a pas le droit de recevoir des cadeaux des clients et Mada c’est une bonne fille. La macasse était pas contente au début, puis surprise parce qu’elle a reconnu les roses, et encore plus surprise parce que c’était pas du toc. Le forgeron il a coupé la couronne avec ses outils et c’était pas que la surface, c’était tout de l’or. Jamais il en avait vu autant d’ailleurs, mais Madame Claude elle a pas voulu lui dire d’où ça venait.

Madeleine elle a été questionnée pendant des jours par contre. Mais elle savait rien, elle répétait juste ce que j’ai dit, avec le client, rien de plus. On lui a donné des trucs à transformer et tout, mais elle était pas bien, « confuse » comme dirait l’autre, alors on l’a renvoyée avec les clients. Au fil des mois, ça a recommencé, des petites objets, une assiette, un corset, un vase, ce genre de chose, et un jour, pouf. Elle a transformé une coiffeuse, sous mes yeux en plus, juste en posant ses mains dessus.

Là, ça a commencé à barder.


Forces & faiblesses

> Compétences libres
(Métier engagé : prostituée)
- Charme de rue (expert)
= Madeleine est une pauvre fille de basse extraction, qui n'a connu de sa vie que son bordel, les coutumes entre prostituées et l'art d'aimer. Il s'agit d'une créature fragile, avec peu de connaissances de son environnement. Peut-être que son départ lui fera apprendre un peu le reste, mais pour l'heure, elle demeure comme une enfant.

J’ai bien peur qu’on ne lui trouve pas grande force, à la petite Mada. Madeleine ne sait rien à rien, et même dit comme ça, ça semble généreux. Elle n’a jamais mis les pieds hors de son bordel, et à l’intérieur, on n'a pas jugé utile de lui apprendre grand chose d’autre que sa profession. Surtout que la petite dame, c’est loin d’être une flèche, tout ce qu’on lui a dit est assurément entré par une oreille et sorti de l’autre. Mada est naïve, crédule, seule et terrorisée. Pas vraiment la combinaison gagnante. Elle va pas faire long feu, je le sens.

Ah si, quand même. Elle sait compter sur ses doigts. C’est pas mal, non ? Et se servir de son corps. Sans compter qu’il y a l’autre côté de la pièce : ce n’est pas une lumière, mais heureux sont les simples d’esprits.



Physique


Elle est jolie comme tout, Madeleine, et dans le commerce, ça aide. Pas très grande, pas petite non plus, quelque part autour de 4’9 pieds, mais avec les formes à tous les bons endroits. Un peu trapue, « rablée » qu’il dit Jonas, parce qu’elle a des sacrés épaules et un dos assez large ; d’ailleurs moi je dis que y a eu de l’Alsdern passé par là quelques générations plus tôt. Sur une autre femme, on aurait dit qu’elle a des gros seins, mais c’est tout bien proportionné, avec des petits tétons roses qui font saliver les clients. Puis, ils aiment bien qu’elle ait de la chair un peu, caresser son ventre potelet et ses cuisses abondantes, mais fermes de chevaucher autant. Et sa peau « d’albâtre », ça veut dire très blanche, les hommes s’en lassent pas, ils passent leurs grosses mains calleuses partout, ils suivent les lignes brunes. Mada est pas très poilue, juste un duvet sur les jambes, sous le nombril et les aisselles, et les hommes aiment bien le contraste noir sur blanc.

C’est quand même un peu bizarre cette pilosité d'ailleurs, vu la tignasse qu’elle se paye. Épaisseurs sur épaisseurs de cheveux fins, doux comme la soie, du plus profond des bruns, avec pleins de jolis reflets. C’est vraiment ce qu’elle a par rapport aux autres filles. La journée, elle les attache en grosses tresses serrées, et quand elle les détache le soir, c’est que des splendides vagues brunes qui lui tombent jusqu’aux genoux. Tombant sur ses seins ou son dos, éparpillés sur les draps, serrés dans un poing, c’est toujours glorieux.

Avec tout ça, entre ses formes et ses cheveux, vous comprenez que son visage, c’est pas trop ce que les clients regardent. Mada a une petite face arrondie, avec des yeux marrons en amande, un nez court et pointu et une bouche étroite. Elle se pince les joues et se mord les lèvres pour leur donner de la couleur. Bon d’accord, les clients regardent quand même pas mal ses lèvres charnues, mais seulement parce qu’elle peut faire des choses avec qu’ils sont pas près d’oublier.

Caractère


Madeleine est pas, comment dire… On peut pas vraiment dire qu’elle est bête comme une oie, parce que ces animaux là ça fait beaucoup de bruit et ça bat des ailes, alors que Mada elle est plutôt du genre discrète et effacée, mais oui, c’est pas une grande intellectuelle, elle est « autrement prédisposée » qu’on dirait. Faut lui expliquer les choses plusieurs fois, et quand bien même, parfois elle oublie, ou elle répète juste sans comprendre pour faire plaisir, parce qu’elle est étourdie comme ça. Oui, on va dire qu’elle est pas prédisposée à la compréhension des choses. Le gratin élitiste dirait qu’elle est superficielle, qu’elle a pas de profondeur, mais bon dans sa profession, c’est pas non plus ce qu’on cherche trop. Non, on la paye parce que c’est une vraie artiste, parce qu’elle met beaucoup de cœur à l’ouvrage, parce que c’est une vraie passionnée et qu’elle peut faire des choses pas communes avec son corps. Y a de la passion qui brille dans ses yeux, qui court dans ses muscles, et juste quelques instants avec Mada font passer toutes les épouses sainte-nitouches de Rëa au second plan, aussi “profondes” soient-elles.

Mada, elle aime servir, elle aime bien faire, donner du plaisir. Elle aime qu’on la regarde, qu’on la vénère un peu, qu’on s’occupe d’elle, mais bon ça faut dire qu’elle saurait pas par où commencer. Moi, j’ai toujours pensé à elle comme à une petite agnelle. C’est une vraie douceur de la nature, avec la main sur le cœur et rien que de la gentillesse dans ses paroles et ses actes. Tellement que Madame Claude elle fait bien attention à ce qu’on prenne pas avantage d’elle, à ce que le temps ce soit le temps et qu’on lui raconte pas des salades. « Naïve et crédule », j’ai entendu Jonas dire à son propos. Et par dessus tout, c’est un petit être sensible, alors la macasse elle fait doublement attention aux clients qu’elle lui envoie. Trois ou quatre fois, Mada est tombée sur des sadiques, des gars qui prenaient leur pied à lui taper dessus et elle, elle comprenait juste pas. Tout de suite, elle se remettait en cause, elle disait qu’elle était désolée, qu’elle avait mal fait, qu’elle était pas bien, et elle pleurait, elle pleurait, elle pleurait. Faut dire aussi que c’était pas bon pour les affaires non plus, sa meilleure fille toute recouverte de bleus ou effondrée en larmes.


Inventaire


Madeleine n’a plus grand chose. Elle porte une robe de bure un peu usée, raccommodée par endroits, qui est bien trop grande pour elle et traîne par terre quand elle marche. Ne choisit pas qui emprunte, Mada a pas vraiment pu choisir la taille quand elle l’a chipée sur une corde à linge. Il fallait bien qu’elle se couvre un peu parce que tout ce qu’elle a d’autre, c’est ce qu’elle portait en quittant la maison : sa nuisette en soie et en froufrou plus suggestive que couvrante, le ruban bleu pour ses cheveux, et la cape grise que Capucine lui a donnée.

Paradoxalement, elle a de l’or en quantité, mais elle ne sait pas quoi en faire. Plus elle est bouleversée, plus sa magie se déclenche. Elle garde ce qu’elle convertit un peu, et l’abandonne quand ça devient trop lourd ou encombrant. Mada aimerait bien convertir son or en arels, mais elle ne sait pas trop comment faire, et elle n’ose pas approcher les gens. Et si on lui faisait mal encore, vous voyez ?


Histoire


« Si tu es sage, tu auras des bonbons. »
« Si tu es sage, tu auras des bonbons. »
« Si tu es sage, tu auras des bonbons. »  


On lui en avait donné un déjà. C’était un bonbon au miel. Un qui râpait sur la langue. Mada le faisait tourner dans sa bouche, d’une joue à l’autre, contre son palais. C’était dans une des grandes chambres du premier étage, pas du tout comme au grenier. Pas de paillasse, mais un grand lit à baldaquin. Des tissus colorés partout. C’était joli. Un feu dans l’âtre. C’était chaud. Confortable.

Mada ne tremblait pas. Elle n’avait pas eu peur quand le grand homme était rentré dans la pièce, parce qu’elle en voyait tous les jours des comme ça. Elle était restée immobile, debout et les mains dans le dos, quand il avait retiré sa liquette et ouvert ses braies. Elle s’était mise à bouger lascivement, à imiter les filles qui tenaient compagnie en bas, quand il s’était assis au bord du lit et lui avait demandé de danser. Elle ne s’était pas arrêtée quand il s’était agenouillé devant elle et avait remonté son vêtement de nuit lentement, pressant ses paumes contre sa peau tendre. Elle avait sursauté par contre, les yeux soudainement écarquillés, quand il s'était saisi à pleine main de son entrejambe. Un grognement. « Tu aimes ça ? » Elle avait fait tomber son bonbon au sol, il l’avait ramassé et le forçait maintenant avec ses doigts dans sa bouche… Quand il en avait eu assez de la caresser, il avait soulevé Mada dans ses bras, l'avait déposée sur le lit avant de la couvrir de son corps. En sortant, elle l’avait entendu dire « C’est une naturelle. »

« Bonne fille, gentille Madeleine, bonne fille… » lui répétait maintenant Madame Claude. Elle était venue la chercher jusque sur les draps, l’avait déposée dans un baquet d’eau chaude et frottait la peau sensible avec une éponge. Mada savait que la macasse avait tout vu par le judas, elle était contente qu’elle soit contente, heureuse d’avoir toute son attention. Et le sachet de vingt bonbons. Dix-neuf, sans celui qu’elle suçait maintenant.

Mada était née là. Tout ça, c’était normal. Il n’y avait rien d’autre. Elle avait sept ans et maintenant, c’était une femme.

~~~

« Je la classe dans les curiosités alors ?
– Non, bien sûr que non, Jonas.
– Ce serait lucratif. Y en a qui paieraient cher pour voir ça.
– Abruti ! Réfléchis un instant ! Ce sera la guerre ici si ça s’apprend qu’une de nos filles transforme ce qu’elle touche en or.
– Je la mets dehors alors ?
– Non. Voyons, c’est Madeleine. Elle ne survivra pas cinq minutes dehors. Assurons nous juste que ça ne se sache pas.
– Qu’est-ce que je dis au client ?
– Dis lui que tout est sur la maison. Fais le boire à outrance. Met Capucine dessus. Madeleine, au lit. Elle en a assez fait pour ce soir, et le vase compensera largement les pertes.
– Et pour éviter que ça se reproduise ?
– Des gants… Essayons les gants. »


~~~
« Madeleine… Madeleine, écoute moi, arrête de pleurer. Chhuuut. Tout va bien, ma belle, tout va bien.
– Je… Je… Je suis… désolée… Madame Claude… Je… Je ne voulais pas…
– Je sais bien, tu es une bonne fille, une très bonne fille. Reste tranquille maintenant.
– Il… Il va me faire mal !
– Non, bien sûr que non. On va y aller tout doucement d’accord ? Madeleine, reste tranquille, ne bouge pas.
– Il va me faire mal ! Je ne veux pas !
– Regarde ! Tu ne peux pas retirer ta main du gant, tu le vois bien non ? Il faut le scinder, Mada, il n’y a pas le choix. Comment tu feras pour manger ? Te laver ? T’occuper de tes clients ?
– Il va me faire mal ! Je veux pas qu’il me coupe la main !
– ASSEZ ! Madeleine, assise ! Je t’ai toujours protégée, non ? Fais moi confiance. Pose. Ta. Main. Voilà. Ne bouge pas. Si tu bouges, il risque de glisser et de te couper la main d’accord ? Alors ne. bouge. pas. Je vais compter jusqu’à trois. »


~~~

« Jo… Jonas… ?!!
– Hé, la vieille, tu la caches où ta petite poule aux œufs d’or ?
– Jonas, qui sont ces hommes ? Jonas ! Tu ne peux pas !
– Et te laisser l’envoyer chez tes amis à la campagne, là bas, pour qu'elle soit exposée à la peste ? Hérésie ! Tu essayes de réprimer ses pouvoirs depuis le début, mais Madeleine va nous rendre riches. RICHES !
– Elle ne contrôle rien… Ce n’est qu’une enfant… Elle ne sait pas, elle…
– Maaaadeeeeleiiiiiiine… Où te caches-tu ma petite ?
– Ne t’inquiètes pas pour nous, avec un peu de rigueur, elle va apprendre à l’utiliser son pouvoir. Les gars ! A l’étage ! »


~~~

« Madeleine, Mada, écoute moi. Tu dois partir maintenant. MAINTENANT ! Non ! Tu ne pleures pas ! Regarde moi ! Si tu ne pars pas tout de suite, ces hommes, ils vont te faire du mal. Tu m’entends ?! Ils vont te frapper Madeleine. Ils vont t’enfermer. Ils vont te faire du mal.
–  Mais… Mais… Capucine… Je… Je…
– Tiens, prends cette cape. Oui, couvre toi. Tu vas sortir par les cuisines. Tu t’en vas, maintenant. Tu te retournes pas. Tu vas dans les petites rues. Tu te caches aujourd’hui. Demain, tu quittes la ville. Tu quittes la ville, promis ? Tu parles à personne, tu dis jamais pour ton pouvoir. Jamais d’accord ? Et tu reviens pas ici, tu reviens pas. Jonas, il va te faire du mal. Il va te faire du mal.
–  Je… Je… Je…
–  VA ! Tu te retournes pas. Mada, tu te retournes pas, d’accord ? Promis ? »


Et voilà. La porte de la cuisine. Ouverte. Fermée. Les bruits de la rue. Madeleine ne se retourne pas. Elle s’enfonce dans les rues bruyantes, couverte de pied en cap par son manteau. Capucine a dit qu’ils allaient lui faire du mal. Ils vont lui faire du mal s’ils la trouvent.

Demain, elle quitte la ville.
Demain, elle quitte la ville.
Demain, elle quitte la ville.

Ambitions & Desseins


Survivre ?



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : Ja.
Moultipass : Validé par Harden

+ Ce forum est magnifique, autant sur la forme que sur le fond ! Je me régale et j'ai hâte de rejoindre vos rangs.


avatar
◈ Missives : 2250

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim
◈ Crédit Avatar : Old man with a cane By Igor Babailov

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Sam 3 Fév 2018 - 15:08

Bonjour et bienvenue ici Mada !

Te voici enfin validée.
Je t'invite dès maintenant à créer ton Journal de Bord, puis à commencer à regarder qui cherche des RP ou même poster un message en partie Antichambre !