Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Dolza Trois-Marteaux - Seigneur Nain & Fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar

avatar
◈ Missives : 4

◈ Âge du Personnage : 149 ans
◈ Alignement : Neutre Bon
◈ Race : Nain
◈ Ethnie : -
◈ Origine : Satvar, Lorh
◈ Localisation sur Rëa : Alsvard
◈ Fiche personnage : Ici

Héros
Dolza Trois-Marteaux

◈ Mar 15 Nov 2016 - 10:41

◈ Prénom :  Dolza
◈ Nom : Kurin, dit "Trois-Marteaux"
◈ Sexe : Mâle
◈ Âge : 149 années
◈ Date de naissance : Né le premier Dermedrek d’Aldar de l’an -59 avant l’Ère des Rois
◈ Race : Nain
◈ Ethnie : -
◈ Origine : Satvar – Lohr
◈ Alignement : Neutre Bon
◈ Métier : Seigneur Nain & Fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar


Magie


Aucune


Compétences, forces & faiblesses


◈ Artisanat :

Forge et Métallerie (Expert)

◈ Langues :

Langue des Nains (Maître)
Lohrien (Maître)
Le Kaerd (Expert)
Nymeriin (Intermédiaire)
Alsvard (Expert)

◈ Connaissances :

Ingénierie (Intermédiaire)
Exploration souterraine (Maître)
Folklore local (Expert)
Economie Mondiale (Maître)
Archéologie (Expert)
Géographie (Expert)
Histoire (Intermédiaire)
Plans (Expert)
Religion (Expert)

◈ Art des combattants :
Masses (Maître)
Haches (Expert)
Morgenstern (Expert)
Parade (Maître)
Esquive (Intermédiaire)
Stratégies de combat (Expert)
Stratégies de guerre (Expert)

◈ Art des chasseurs :

Dressage des Béliers (Expert)

◈ Art des chevaliers :

Combat (Expert)
Equitation (Maître)

◈ Art des politiciens :

Diplomatie (Maître)
Intimidation (Expert)

◈ Forces :

Dolza est à la fois loyal, ambitieux et généreux. Son ouverture d’esprit et sa bienveillance en général lui permettent de bien s’entendre avec le plus grand nombre et d’amener ses négociations à leur terme. Son charisme et ses compétences ne sont également plus à démontrer.

◈ Faiblesses :

En revanche, Dolza est très peureux lorsqu’il est confronté au phénomène de la magie ou s’il tombe nez à nez avec une créature bien plus grande que lui. Son gout pour les richesses et sa tendance à rejoindre assez facilement une beuverie peuvent aussi être exploitées comme des faiblesses.


Physique


◈ Taille : 4'2''
◈ Masse : 8 Pierres ou 112 Livres.
◈ Cheveux : Ambre.
◈ Yeux : Brou de noix.

Robuste comme la pierre que taillent ses paires, Dolza est un bon spécimen nain. Du haut de ses quatre pieds et deux pouces, sa silhouette trapue reflète son assurance, agrémentée la plupart du temps d’une armure de métal au raffinement nain. Tout en pesanteur, rien ne semble léger chez Dolza, en signe de force. Voyez donc cette chevelure épaisse d’un roux rappelant l’ambre sous les rayons du soleil, invitant à y glisser les doigts quand elle est propre, chose assez rare en fait. Propreté et voyage ne s’associent guère. La plupart du temps, nœuds et cheveux gras sont de la partie et il va sans dire que sa barbe est dans le même état. Mais elle fait évidemment partie de sa fierté et a droit à un traitement de faveur, le seigneur nain se souvenant de jouer de ses doigts pour la démêler et rester ainsi présentable. Descendant jusqu’au bas de son ventre, sa barbe est tressée tout en gardant un bon volume et est gratifiée d’ornements métalliques. Dolza affiche un faciès dur, des traits profonds et hachés, parfaits pour un caractère fort. Ses yeux sont à la fois petits et perçants, un marron brou de noix étincelant d’ambition. Quelques fines rides s’étirent au coin de ses yeux, surtout lors d’accès de susceptibilité et de colère. Un nez rond, grossier et proéminent semble clore son visage, la barbe masquant ses lèvres roses pâles et paraissant si petites sous ce roc nasal.

On ne peut décrire Dolza sans parler de son armure, de toute évidence de bonne facture. D’un bleu acier, elle met en avant la géométrie des forgerons nains. Ses épaulières sont marquées du symbole de son marteau à tête de béliers, têtes elles-mêmes sculptées sur ses cuissardes. Voilà bel et bien une armure personnalisée et reconnaissable, agrémentée d’une cape rouge en rappel de sa condition. Son casque laisse entrevoir ses cheveux tout en protégeant l’essentiel. Là aussi, son marteau est sculpté et sur le devant de son casque domine un rubis pouvant alimenter bien des convoitises. Ainsi vêtu, Dolza semble être un bloc de pierre métalisé humanoïde, un bon compliment pour un nain, non ?



Caractère


Dolza Trois Marteaux est un individu dont les actions auront tendance à pencher vers le côté « Bien » de la Balance. En effet, ce Nain agit presque toujours pour les intérêts communs mais s’il peut en même temps améliorer ses affaires personnelles, eh bien il ne s’en privera pas. Si ses faits d’armes ont une moralité positive, il n’a en revanche que faire des notions de « Bien et de Mal. » Il connaît à peu près la géographie et les ethnies diverses de Reä ainsi que son Histoire mais il n’est encore jamais allé au-delà des terres de Satvar. Ainsi, sa vision du monde aurait tendance à se limiter actuellement à « Il y a Othramil d’abord, ensuite les Alsderns de Drak et les Eleärs de Ceriä et, enfin, on laisse une petite place aux Vreëns. »

En parlant des Vreëns, Dolza Trois-Marteaux a beaucoup souffert de leur trahison un siècle auparavant car ils sont responsables du meurtre de ses parents et de la destruction de leur entreprise familiale qui perdurait depuis des milliers d’années. Néanmoins, le Seigneur Nain saura faire la différence entre un Vreën qui mérite le respect en travaillant de concert avec les Nains et celui qui essaie de comploter dans le dos du Roi des Nains. De même, la politique récente de la Ligue des Explorateurs de Satvar autorise l’entrée des Vreëns en son sein à condition qu’ils ne soient pas reconnus coupable de vices moraux ou physique envers les Nains ou les Alsderns.

Autrement, Dolza est un individu très ambitieux et il considère qu’il mérite tout ce qu’il possède. Il ne faudrait surtout pas lui rappeler qu’il est un individu de petite taille car il considère sa force d’esprit comme inébranlable. Cela pourrait le mettre dans une colère sainte. Concernant le domaine du Divin, Dolza adhère entièrement au principe de la Création, de la Destruction et du Destin. Pour lui, l’Histoire des Nains récente est une preuve supplémentaire de ce crédo. En effet, alors qu’Othramil était considérée comme grande, les Vreëns la détruisirent dans le temps et le destin exigea que le Roi des Nains retrouve sa place.

Néanmoins, Dolza pense que la Trinité dissimule quelque chose d’intensément plus riche car il est de notoriété publique que les Nains ont perdu à travers les lignes temporelles l’origine même de leur Création. Par exemple, Dolza aimerait bien mettre un nom concret sur leur tête dans le but de renforcer la puissance religieuse de son peuple. Il s’intéresse aussi aux religions et aux croyances des autres ethnies par curiosité afin de mieux les comprendre et parlementer plus facilement avec eux.


Inventaire


Une armure de métal d’excellente qualité.
Une masse à deux mains dans le dos.
Deux masses à une main sur chaque côté de sa taille.
Deux béliers de guerre : Poch’ar & Gas’kon.
Une Morgenstern accrochée sur ses béliers pour mener la charge.
Un kit complet  d’archéologie et d’exploration comprenant cordes, pioches, cartes, etc.


Histoire


Dolza Trois-Marteaux naquit il y a cent quarante-huit années dans le Royaume de Lorh au sein de la famille Kurin. Ses parents étaient deux éleveurs de béliers qui rejoignaient à leur maturité les forces armées de la cavalerie naine. La ferme familiale se situait quelque part au Sud-Ouest d’Othramil. De génération en génération, les fils et les filles Kurin reprenaient l’entreprise de leurs ancêtres lorsque l’heure était venue. La mère de Dolza lui enseigna l’art de lire les runes, à parler leur langue, ainsi que le Kaerd, et à l’écrire également. Elle lui donna des leçons sur la minéralogie et l’histoire de leur peuple. Son père, quant à lui, préféra lui apprendre de solides bases sur la monte et l’élevage des béliers ainsi que la valeur du coût monétaire de chaque chose en ce monde. Malgré ce berceau d’amour dans lequel Dolza baigna, il ne montra jamais vraiment d’optimisme à l’idée de reprendre un jour les responsabilités de ses parents. Pendant son temps libre, Dolza préférait lire des livres sur l’art de faire la guerre et sur les connaissances de l’armement, en dépit de la volonté de ses parents. Peut-être un peu simplet d’esprit, le Nain prétendait dans sa plus tendre enfance qu’il deviendrait un jour un cavalier plein de prestige et de renommée et qu'ainsi sa famille serait fière de lui.

De ce fait, il arrivait à Dolza de fuguer dans les villages voisins afin de s’amuser avec les enfants de son âge à se battre avec des maillets en bois et des épées d’entraînement. Il n’était pas forcément plus doué qu’un autre mais sa volonté de devenir meilleur lui permettait de remporter quelques fois des combats pour lesquels personne n’aurait peut-être parié sur lui. Bienveillants, ses parents décidèrent de fermer les yeux sur les « extra-activités » de leur fils car ils se rendaient compte que cela le comblait de bonheur. En retour, Dolza décida de faire davantage d’efforts envers eux et leur apporta une aide plus conséquente dans l’élevage des béliers. Le fils Kurin ne fugua plus une seule fois, attendant de terminer son travail de la journée pour s’abandonner à ses activités préférées. Ce compromis faisait de Dolza un Nain à la fois très actif et studieux, capable d’apprendre les arts de son peuple sur plusieurs plans.

Au milieu de son adolescence, ses parents décidèrent qu’il était temps pour lui de posséder son propre bélier. Ainsi, le fils Kurin fit l’acquisition de « Ba’chor. » Il était celui qui possédait le plus de complicité avec son monteur depuis bien des années déjà.
Un beau matin, la ferme des Kurin reçut une visite plutôt exceptionnelle. L’émissaire d’un Thane leur fit une proposition qui leur fendit le cœur. Les talents et la volonté de fer de Dolza avaient été remarqués lorsqu’il partait fanfaronner avec ses marteaux dans les bourgades aux alentours. Seul, il apprenait à s’en sortir avec beaucoup de convenance mais des lacunes subsistaient. Les parents Kurin pouvaient-ils accepter de perdre leur seul enfant ? Face à son insistance et ses suppliques, ils finirent tout de même par céder. Il demeurait toujours la possibilité de faire un autre enfant ou alors un cousin de Dolza pourrait très bien reprendre l’affaire en cas de nécessité, plus tard.

Ainsi, Dolza rejoignit l’un des bastions de Lorh afin d’être formé. Ses compétences en monte lui donneraient un avantage sur beaucoup d’autres mais en termes de force, on le considèrerait comme les autres. Seule sa volonté lui permettrait de se distinguer avec les années. Au tout début, on testa ses compétences avec diverses classes d’arme. Les masses, les épées, les haches,... Si le maniement de l’épée était en quelque sorte une catastrophe, la hache et la masse d’arme lui convenaient bien mieux. Mais comme Dolza préférait l’idée de fracasser des os et de briser des corps plutôt que de les trancher, il fit alors le choix de la masse d’armes. Dolza commença donc vers l’âge de trente ans sa formation pour peut-être un jour rejoindre la cavalerie lourde de l’armée naine. Les jours s’écoulaient et se ressemblaient tous plus ou moins. L’entraînement rythmait le quotidien de Dolza, bien qu'il fût possible de temps en temps de prendre des permanence pour pratiquer d’autres activités. Le Nain Kurin s’intéressa tout d’abord à l'artisanat et, plus particulièrement, à celui de la forge. Être un jour capable de forger des armes et des armures, même de fortune en cas de besoin, lui paraissait fort intéressant. D'autre part, il se pencha aussi sur des activités plus classiques comme l’histoire de Satvar, la géographie de Reä, le folklore local ou encore la religion de sa race. Très spirituel, Dolza croyait en effet dur comme fer en l’existence des Trois. Il se demandait même pourquoi on avait perdu l’Histoire de leurs origines ainsi que leurs noms.

Grandissant encore et encore sans être pour autant considéré comme un adulte, Dolza participa petit à petit à des missions d’escortes ou de reconnaissances. Ses talents pour la monte et ses capacités de combat équestres étaient petit à petit reconnus par l’ensemble de ses officiers instructeurs. De la même manière, son maniement des masses à une ou deux mains s’affina au fil du temps. Dolza donnait de ses nouvelles à ses parents par missive environ une fois par mois.
Il est intéressant de noter que c'est à cette époque que Dolza commença ses premières descentes de taverne lors de missions qui s’étendaient sur la durée. Le Royaume de Lorh pouvait se vanter d’être majoritairement en paix avec ses citoyens et ses voisins depuis des siècles et aucun évènement n’avait vraisemblablement secoué ses semblables. Pourtant, dans l’ombre des Nains, la race Vreëns fomentait depuis quelques temps un complot contre Dwilan Boradur, le Roi des Nains. En l’an mille vingt-six de l'ère de la Paix, Helaf Rehan accéda au trône d’Othramil. Des dignitaires importants furent pris en otage pour forcer l’abdication de Dwilan Boradur et la Royauté Vreën ne manqua pas d’effectuer de fortes actions contre les forces Naines pour les acculer et les asservir. Ce jour-là, Dolza craignit pour la survie de ses parents car la famille Kurin était réputée pour fournir d’excellents béliers de guerre à l’armée naine. Si son commandant préféra ordonner la retraite, Dolza parvint à convaincre quelques cavaliers émérites de le suivre pour défendre son blason familial mais, lorsqu’ils arrivèrent, ce fut un sombre tableau qui se peignit devant eux. Des Royalistes étaient arrivés avant eux et s’évertuaient à saigner les bêtes. Dolza mena la chasse et remporta une victoire très coûteuse. Ses parents n’avaient pas survécu et la plupart de ses compagnons étaient tombés face aux Royalistes.

Dolza n’était pas prêt à tout cela. Il vivait désormais dans un monde chamboulé par la traîtrise Vreën alors qu’on ne le considérait toujours pas comme un adulte dans la société Naine. Pourtant, cela ne l’empêcha pas de faire preuve de beaucoup de sagesse et de courage et il mena les quelques survivants de son unité de cavaliers dans les villages aux environs afin de porter secours aux Nains qui n’étaient pas encore au courant des dernières nouvelles. Il est certain que Dolza permit la fuite de beaucoup des siens ce jour-là et ses « exploits » parvinrent jusqu’aux oreilles du Roi Dwilan, qui demanda à le rencontrer aux frontières du Sud de Lorh. Il approuva la valeur de Dolza et lui demanda solennellement de rejoindre l’insurrection qu’il était sur le point d’incarner. En effet, sa Majesté aurait grandement besoin de Nains comme Dolza pour espérer reprendre un jour son trône. Touché et profondément fidèle envers le Roi des Nains, Dolza fut tout simplement incapable de refuser ces honneurs. Dans la chute temporaire du peuple Nain, Dolza fit donc ses preuves et devint enfin un cavalier lourd de l’armée du Roi des Nains.

Ba’chor et Dolza suivirent donc le Roi des Nains jusqu’à Ceriä pour y demander l’asile politique. Certains se demandaient pourquoi ils n’étaient pas plutôt allés chercher du soutien chez les Alsderns. En vérité, les Eleärs avaient eux-aussi été chassés de leurs terres dans le passé et partageaient donc désormais une histoire commune avec le peuple Nain malgré leur rivalité ancestrale sur bien des sujets. Dolza, comme beaucoup d’autres, s’inclina devant la détermination du Roi Boradur. Ils eurent bien raison car, comme le pensait Dwilan, les Elfes acceptèrent d’accueillir les Nains qui refusaient de vivre sous le joug des Vreëns. Pendant des mois, les Nains purent se reposer et organiser la vengeance qui serait un jour la leur. Comme le Roi des Vreëns tolérait toujours les Nains qui acceptaient de le servir sur ses terres, il avait alors été possible d’établir des correspondances entre les Nains qui étaient restés à Lorh et le Roi des Nains et ses troupes. Dolza n’était alors pas seulement devenu adulte, il était aussi un homme de confiance de Dwilan. Ce dernier lui demanda souvent de porter ses messages les plus importants aux quatre coins du royaume de Lorh.

En l’an 15, Dolza assista de très loin au conflit entre Othramil et Drak. Il n’osa jamais demander au Roi s’il avait tenu un rôle là-dedans mais il le soupçonna d’établir depuis longtemps des liaisons avec le Roi Brunolf Oldengard. Pendant ce temps, Dolza fit l’acquisition de nouvelles compétences. À sa grande surprise, il se lia en effet d’amitié avec des Eleärs de l’île d’Yra, qui lui apprirent partiellement à parler leur langue. Ils lui permirent aussi de s’entraîner dans d’autres conditions, avec d’autres types d’armes, afin de parfaire ses talents martiaux. Dolza se rapprocha également des stratèges du Roi des Nains et il échangea très longuement avec eux pour apprendre à mener efficacement des troupes à l’arrière d’un champ de bataille. Il devint également l’un des Nains de cette époque qui maniait le mieux les masses d’armes, si bien qu’il utilisait presque exclusivement une masse à deux mains quand il devait se battre sur un bélier et deux masses à une main lorsqu’il était à pied.  

En l’an 32 de l’Ère des Rois, le Roi Boradur organisa un complot afin d’assassiner le Roi de Lorh. Si les Nains prônaient un acte de justice, il fallait pourtant reconnaître que la vengeance était la principale motivation du Roi des Nains. Dolza comprenait cela et n’avait rien contre. Les nouvelles étaient accablantes et on racontait par-ci par-là que le Royaume de Lorh était sur le déclin. Pour dire, le piège que tendit le Roi des Nains au Roi de Lorh fut orchestré avec l’aide des Eleärs, des Alsderns et des Vreëns eux-mêmes. Il n’était pas question de rendre sa couronne au Roi Boradur mais tous s’accordaient à dire que le Roi Rehan avait grandement fragilisé l’équilibre de Satvar. Grâce aux informations des Vreëns renégats, les Nains surent où ils pourraient prendre en étau le Roi Rehan. Dolza se souviendrait de cette rixe sanglante jusqu’à la fin de ses jours. Les deux camps n’étaient pas nombreux mais les forces étaient équilibrées. Dwilan combattit en duel singulier le Roi Rehan et le principal rôle de Dolza et de ses compagnons fut d’empêcher toute intervention extérieure. La mission fut un réel succès et le Roi des Nains revendiqua sans plus attendre son haut-fait à travers tout Satvar. En plus de cela, il fit de Dolza le nouveau Thane de ses armées. Malheureusement, ils n’avaient fait que remplacer un tyran par un autre. Les Vreëns qui aidèrent le Roi des Nains à faire assassiner le Roi Rehan ne purent empêcher son fils de lui succéder. Celui-ci décréta que tous les Nains résidant dans le Royaume de Lorh seraient isolés. Ils ne pourraient plus accéder aux lieux publics et pas une seule pièce de monnaie ne leur serait versée pour subvenir à leurs besoins. Cet exil forcé dicté par sa seule rancœur envers le Roi des Nains pour avoir assassiné son père dura pendant cinq années. Après s’être rendu compte de son erreur, car les Nains étaient tout de même ceux qui étaient les plus à même d'exploiter les richesses de Lorh pour le compte du Roi des Vreëns, Dùnaras Rehan décida de revenir en arrière mais il était alors trop tard. Les Nains qui décidèrent de combattre sa tyrannie rejoignirent le Roi des Nains et ceux qui n’avaient plus le courage de se battre abandonnèrent tout simplement Satvar pour aller s’installer dans d’autres contrées où la paix règnerait peut-être.

À partir de l’an 44, Satvar rencontra des difficultés qu’elle n’avait peut-être jamais eu à affronter auparavant. En effet, de terribles éruptions volcaniques entraînèrent cinq années d’hiver rudes et d’été infernaux. Dolza pensait que c'était peut-être la cause du déséquilibre qui accablait la géopolitique de Satvar. Il n’avait aucune preuve à avancer mais il était intimement persuadé que cela pouvait être l’œuvre des Trois, qui souhaitaient donner une bonne leçon aux mortels. À tort ou à raison, le constat était là, implacable. Même le Roi Dwilan ne pouvait se réjouir de voir le peuple Vreën souffrir ainsi car Othramil était en train de s’appauvrir encore et encore. Fort heureusement, le peuple d’Yra pensait pouvoir remédier à ce problème mais il fallut attendre le dernier hiver difficile de l’an 49 de l’Ère des Rois pour agir. Décidant qu’il ne resterait pas spectateur de ce combat, Dolza demanda l’autorisation au Roi des Nains d’accompagner les Eleärs dans leur quête de rendre leur fertilité aux Royaumes de Satvar. Comme le Roi des Nains n’avait nullement l’intention à ce moment-là de nuire au Roi d’Othramil, il autorisa Dolza à se lancer dans cette quête.

Ainsi, Dolza créa la Ligue des Explorateurs de Satvar. Il rassembla des Nains, des Alsderns et des Eleärs qui acceptaient de fermer les yeux sur leurs différences et de s’unir pour permettre aux plus grands érudits d’Yra d’accomplir leurs propres missions avec succès. En effet, pour ne citer que le Royaume de Lorh, des paysages avaient entièrement changé à cause des terribles éruptions volcaniques qui s’étaient produites cinq années plus tôt. Il était alors certain que cette nouvelle coalition rencontrerait diverses difficultés comme des terrains impraticables ou encore des créatures hostiles. Au vu des circonstances actuelles, la Ligue des Explorateurs de Satvar décida que les Vreëns étaient indignes de les rejoindre. Il s’agissait-là d’une condition imposée par le Roi des Nains pour permettre à Dolza de se lancer dans ce projet. Indirectement, cela permettait d’affaiblir encore un peu plus les Vreëns en les isolant car, quand le nouveau Roi d’Othramil décréta l’isolement de la société naine, même les Eleärs décidèrent de rompre toute activité amicale envers le Royaume de Lorh.

Finalement, la Ligue des Explorateurs de Satvar apporta le soutien nécessaire aux érudits et aux guérisseurs du peuple des Eleärs pour permettre de soigner l’ensemble des terres abîmées par le cataclysme qui les avait ébranlées auparavant. Ils les aidèrent par exemple à récolter de précieux ingrédients jusqu’aux profondeurs mêmes des pics de Lorh. Dolza Kurin devînt officiellement Dolza Trois-Marteaux, Thane de l’Armée du Roi des Nains et Fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar. Malgré cet exploit, il faudrait encore de nombreux efforts pour rendre à ce continent sa pérennité passée. De ce fait, les peuples de Satvar décidèrent de mettre de côté leurs différends pour renouer des liens et se soutenir mutuellement. Ce pacte était peut-être nécessaire mais aussi fâcheux pour Dwilan car cela risquait de l’éloigner pour un long moment du trône d’Othramil. Compatissant, Dolza pensait que c’était peut-être mieux ainsi pour le moment car contrairement à son Roi, il avait beaucoup voyagé ces dernières années à travers Satvar pour constater par lui-même à quel point le continent avait besoin de repos. Intérieurement, il pensait que cette décision contenterait les Trois et les Anciens et qu’ainsi une paix durable allait peut-être se mettre en place. De plus, la Ligue des Explorateurs de Satvar avait acquis une notoriété grandissante et les différents monarques les convoquaient afin de réaliser différentes missions d’explorations et d’archéologie.

Après avoir fait preuve de ses choix avisés à son Roi, Dolza décida de renoncer à son grade de Thane, qu’il n'occupa finalement que de l’an 32 à l’an 48. Il voyagea à travers Satvar avec la Ligue des Explorateurs, à la recherche de travail. Comme la ligue était composée d’individus venant des quatre coins du continent, Othramil ne pouvait pas répudier le fait que cette compagnie était menée par l’un des Nains les plus fidèles du Roi Boradur. Certains y virent parfois un double jeu de la part de Dolza car son amitié avec le Dwilan et ses fonctions de fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar lui ouvraient de nombreuses portes. Bien sûr, Dolza Trois-Marteaux profitait de cette situation, comme l'aurait fait n’importe quel Nain ambitieux, mais tant qu’il restait le seul à savoir que son cœur était juste, que son cœur restait celui d’un Nain… Tout allait bien en son âme et conscience. Pendant bien des années, Dolza affina donc ses connaissances en termes d’exploration et d’archéologie. Il lui arriva parfois de naviguer pour atteindre quelques endroits sinueux sur les différentes côtes de Satvar avec l’aide du peuple d’Yra pour lui fournir quelques navires.

Enfin, en l’an 82, Dùnaras Rehan s’éteignit de vieillesse. Malgré les efforts promis quelques décennies auparavant, il avait été un monarque bien pire que son défunt père. Othramil était à la ruine et la présence des Nains presque éteinte. Il ne restait plus qu’un seul et unique espoir pour sauver les terres ancestrales de Lorh. Au final, un Royaume Nain ne pouvait être gouverné que par un Nain. Boradur, chassé un siècle plus tôt, revint donc sur le trône de Lorh avec l’aide des Eleärs. Dolza était resté éloigné de ces évènements-là car, à la même période, il se trouvait sur les terres au nord des Alsderns. En effet, le Roi Oldengard avait demandé à Dolza et à sa ligue de résoudre un mystère. Pour une raison ou une autre, le Roi des Alsderns était entré en possession d’une étrange clé mais il n’avait absolument aucune idée de la façon dont elle pouvait être utilisée. Fort de son expérience, le fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar parvint à découvrir un Temple Nain quelque part sur les terres Alsderns. Dolza découvrit de nombreux trésors dans les salles principales du Temple. Il pensait que des ancêtres nains avaient vécu là-dedans et peut-être été contraints de s’enfermer dedans pour une raison ou une autre. Ce jour-là, il fut incapable de découvrir l’ensemble des secrets de cet endroit mais une chose était certaine : il avait amassé assez de biens monétaires pour les partager entre la Ligue des Explorateurs de Satvar et la Cité de Drak. Apprenant les nouvelles du retour du Roi des Nains, Dolza se hâta de regagner Othramil. Le désormais très célèbre Dolza Trois-Marteaux n’en croyait pas ses oreilles et voulait voir cela de ses propres yeux ! Le Roi était-il vraiment de retour ou était-ce encore de fausses rumeurs pour tenter de semer la discorde quelque part ? Après tout, Satvar connaissait depuis maintenant des décennies une paix très fragile.

Dolza obtint alors une audience auprès de Dwilan, qui ne l’avait jamais oublié. Ils parlèrent ensemble des affaires en cours et Dolza lui fit part de ses récentes découvertes au sujet du Temple Nain situé chez les Alsderns. Dolza était peiné de constater à quel point cette nation avait sombré en près de cent ans sous le règne des Vreëns et proclama que la Ligue des Explorateurs de Satvar s’établirait à Othramil afin de l’aider à subvenir à ses besoins. Il offrit également une partie des trésors du Temple Nain à la trésorerie de la Capitale de Lorh pour renflouer ses caisses et lui permettre de repartir sur le marché des commerces. Face à cette bonté, le Roi Boradur fut très reconnaissant envers Dolza et employa sa ligue à travers ses terres pour dénicher des filons de minerais. Malheureusement, le retour du Roi des Nains ne fut pas facile et les Vreëns accusèrent la Ligue des Explorateurs de Satvar de faire du favoritisme. Dans les deux années de guerre civile qui s’ensuivirent, les Eleärs d’Yra apportèrent un soutien militaire indispensable au Roi Boradur pour rester sur le trône. La Ligue des Explorateurs de Satvar, quant à elle, ne se mêla pas de ces affaires-là en se contentant de réaliser les missions données par le Roi des Nains pour découvrir de nouvelles richesses contre un salaire à la hauteur de leurs succès. Cependant, Dolza était tiraillé entre sa neutralité envers la ligue et son patriotisme envers le peuple des Nains. Par-ci par-là, il n’hésita pas à utiliser les compétences de sa ligue pour apporter le soutien nécessaire au peuple des Nains tant que cela ne lui demandait pas de s’en prendre directement aux Vreëns qui luttaient encore pour la reprise du pouvoir perdu.

Un jour de l’an 84 de l’Ère des Rois, Dolza se rendit au Palais d’Othramil afin de rendre compte à Dwilan et déjoua sur le feu une tentative d’assassinat. En effet, Dolza sauva la vie du Roi des Nains en démasquant l’identité d’un Vreën proche d’ôter sa vie. En guise de récompense et d’honneur pour son « vieil ami », le Roi Boradur lui demanda d’occuper les fonctions de Seigneur Nain du Royaume de Lorh. Trois-Marteaux deviendrait alors une Maison Naine à part entière et Dolza accéderait à la Noblesse. « Faites des promesses d’or à un Nain, et… Savourez. » Encore une fois, Dolza fut incapable de refuser la proposition du Roi des Nains et voua le restant de ses jours à assurer la protection de son monarque, en plus d’assurer le rôle de premier conseiller militaire. Durant les années qui suivirent et qui menèrent à l’an 90 de l’Ère des Rois, Dolza trouva tant bien que mal la position pour assurer à la fois ses fonctions de Seigneur Nain et celui de meneur de la Ligue des Explorateurs de Satvar. Il était devenu l’un des Nains les plus influents de Lorh et l’un des individus les plus connus de Satvar. Il était désormais évident que Dolza possédait une grande ambition et avait divers desseins en vue d'étancher sa soif de grandeur naissante.


Ambitions & Desseins


Honorer ses fonctions de Seigneur Nain & de Fondateur de la Ligue des Explorateurs de Satvar aussi longtemps que possible.
Fortifier les défenses du Royaume de Lorh et rendre imprenable le trône d’Othramil par une race étrangère aux Nains.
Développer et découvrir de nouvelles technologies qui permettraient de renforcer les inventions des Nains pour l’usage des armées.
Lancer des expéditions sur Sunaï afin de trouver des traces de ses ancêtres Nains du temps où ce continent appartenait à Satvar. Plus précisément, il s’agirait aussi de chasser l’ennemi que représentent les Ordhalerons.
Espère briser les secrets du Temple Nain qu’il a découvert sur les terres des Alsderns lorsqu’il était en mission pour leur Roi.
Trouver une Naine digne de lui pour apporter une descendance à la Maison Trois-Marteaux.
Convaincre les Clans Nains qui se sont isolés à travers Reä de revenir à Othramil pour participer à sa reconstruction financière et culturelle.
Retrouver les Origines Perdues de la Trinité.
Et enfin, bien que la Magie l’effraie au plus haut point, la Ligue des Explorateurs s’interroge sur ses origines et les causes de son retour. Il serait alors envisageable d’organiser des expéditions en dehors des Royaumes de Satvar pour la première fois.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : Oui
Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à nous inspirer de votre personnage pour créer un nouveau prédéfini ? : Oui
Moultipass : mdp validé par pépé


avatar
◈ Missives : 2158

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mar 15 Nov 2016 - 12:18

Et c'est validé par défaut pour reprise du personnage !
Merci à toi Amalÿn !