Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Silas Fiercastel - Capitaine Pirate

avatar
◈ Missives : 32

◈ Âge du Personnage : 36 ans
◈ Alignement : Loyal Mauvais
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Seregon, Rhaemond
◈ Magie : Ardente
◈ Fiche personnage : Silas

Âme Damnée
Silas Fiercastel

◈ Mar 4 Oct 2016 - 1:17

◈ Prénom :  Silas
◈ Nom : Fiercastel
◈ Sexe : Homme
◈ Âge : 36 ans
◈ Date de naissance : 7ème jour d'Auldera, an 54 de l'ère des Rois
◈ Race : Valduris

◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Seregon / Rhaemond
◈ Alignement : Loyal/mauvais
◈ Métier : Pirate, ancien Commandant de l'armée navale d'Eliran


Magie


Au retour de la magie, le Pirate s'est vu affublé d'une compétence bien ennuyeuse lorsque l'on se trouve être entouré de bois et de toile: la magie ardente. Particulièrement spécialisée dans la création de feu.

Chacune de ses sautes d'humeur s'illustre par de grands cris de désespoir ainsi qu'une certaine cargaison d'eau afin d'éteindre le feu de sa colère. Bien qu'il ait été mis au courant au moment du retour de la magie, ce ne fut que lorsque sa vie tourna au plus sombre qu'il se rendit compte de ses compétences sans pour autant en avoir une réelle maîtrise.


Compétences, forces & faiblesses


> Arts de la noblesse & de la bourgeoisie
(Métier engagé : Ancien Commandant de la Marine)
- Lecture & écriture : Maître
- Mathématique (comptabilité, arithmétique de base) : Intermédiaire
= Silas est fils d'un éminent commerçant anobli qui lui a appris ces solides bases sans pour autant les entretenir, lui servant désormais pour le fruit de ses vols.
- Étiquette : Intermédiaire
= De naissance noble puis déchu, le désormais pirate n'a pas complètement oublié les protocoles de la noblesse. Il ne les maîtrise toutefois plus comme auparavant, ne frayant qu'avec les pires engeances qui lui servent d'équipage.
- Subterfuge (chantage, mensonge, manipulation : Avancé
= Par son passé trouble et les intrigues politiques dans lesquelles il fut versé, Silas sait troubler, mentir et manipuler son entourage tout comme verser dans l'intimidation politique.
- Navigation (connaissances intellectuelles du domaine nautique ; commandement, manœuvre, etc) : Expert
= Issu de la marine de Rhaemond puis servant maintenant les sombres affres de la piraterie en tant que Capitaine, Silas sait maîtriser le commandement d'un navire dans son intégralité.


> Compétences générales
- Géographie (maritime) : Expert
= Silas connaît les eaux et les côtes de ce monde qu'il parcourt sans cesse depuis son intégration à la marine de Rhaemond.
- Natation : avancé
= Il est induit pour un noble bien que déchu, appartenant autrefois à la marine à si haut grade, de savoir nager parfaitement et avec aisance.
- Bagarre de rue : Expert
= D'une inouïe violence, bercée par une folie latente et une carrure impressionnante, Silas est un monstre qui n'hésite pas à broyer au corps à corps ceux qui s'opposent à lui.
- Intimidation : Maître
= Le Pirate est l'un des plus dangereux des eaux de Rëa. Réputé violent, cruel, il n'eut aucune vergoge à tuer de sang froid tous ceux qui s'opposaient à lui. Il inspire la terreur à son équipage, comme à ses ennemis.
- Maniement d'armes communes (épées) : Expert
= De l'art de la noblesse et de l'armée de tenir une arme et de savoir s'en servir, Silas a pourtant oublié les codes de l'escrime duelliste et se plaît dans le meurtre, la sauvagerie. Sa violence et son caractère chaotique ne peuvent lui en offrir la maîtrise parfaite.


Né dans une famille de haut rang, particulièrement versé dans la boutique dès son plus jeune âge, il en est ressorti avec un talent certain en la matière. Les tours de passe-passe, les mièvreries et les manipulations pour atteindre le pouvoir en place ont directement été assimilées par ce jeune homme durant sa belle époque.

Officier dans la marine, il a reçu une solide formation militaire, faisant de lui un épéiste talentueux si ce n'est craint sur les mers. Il a aussi reçu un enseignement complet en ce qui concerne la navigation et la tenue d'un équipage et d'un bateau, ses années d'errance n'ont fait qu'accentuer ce don qu'il a pour la mer et pour reconnaître ses dangers les plus latents.

Fils de Baron, insatisfait d'un titre qu'il n'hériterait guère, il s'est voué durant ses jeunes années à un parjure certain lors duquel il ne pouvait que voir son ambition devenir de plus en plus croissante.

Joueur d'échec émérite, il en a développé une mentalité calculatrice et tactique. Chaque pas qu'il fait n'est qu'une avancée vers ce qu'il pourrait considérer comme étant son Grand Œuvre.

Pourtant, malgré un certain talent, il a toujours été bombardé à des statuts qu'il ne méritait que rarement, grâce à l'appui de sa famille. Il s'en ressent comme étant un être intouchable, nulle erreur ne peut être commise par sa personne et il s'en trouve affaibli, car il ne considère que peu ses adversaires comme étant égaux à lui-même. Ainsi donc, il n'est pas rare de le voir se sortir de situations complexes pour cause d'un sursaut d'orgueil le privant de la possibilité de faire un pas en arrière dans une situation clairement désespérée. On peut ainsi le considérer comme une personne qui est absolument inapte à reconnaître un adversaire plus fort que lui ou qu'il s'engage dans une aventure sur laquelle il n'aura jamais prise.

Le statut dont il était si fier au cours de sa jeunesse lui a été retiré, il n'est plus qu'un fuyard, un parjure, recherché par la Fédération des Trois, il s'amuse de cette situation et ne la prend guère au sérieux, s'enfonçant toujours plus profondément dans le puits à ennuis dans lequel il a plongé sans honte en tentant de destituer son propre père. Mais cela ne fera qu'attirer vers lui les chasseurs de primes et soldats réguliers qui souhaitent le voir pendu haut et court. Et ce manque d'attention à ce problème pourrait obscurcir sa vision quant à de potentiels ennuis.

Ce sombre personnage n'est autre qu'un profond individualiste, n'ayant nulle vergogne à écraser un allié fidèle afin de s'élever toujours plus haut. Pourtant, malgré le fait que cela soit en quelque sorte un mal reconnu en Silas, il parvient toujours à rallier à sa cause quelques quidams par des discours enflammés et des rêves éphémères. Éphémère est le terme, et ainsi est cette fidélité qu'il pourrait gagner en ses hommes, car celle-ci ne sera basée que sur des menteries et des faux-semblants.

"Chaque pion a une âme, pourtant, seul le Roi importe."



Physique



Qu'importe bien ce qu'il a pu être. Seul importe le présent et ce que la vie a bien pu lui réserver.

Né de sang bleu, coquet et mignon, il n'en est pas moins devenu à présent un homme taillé par la mer et le sel. De ses cheveux fièrement coiffés et gominés, il n'en reste qu'une longue chevelure rendue flamboyante par le sel. Indisciplinée et insoumise à présent. Le sel attaque tout sur un navire, équipage compris, ainsi ses cheveux commencent à prendre une couleur plus pourpre que sombre. Ainsi que sa peau, auparavant fierté de sa part car lisse et tendre, elle en est devenue rêche et malheureusement marquée par les événements.

Ses yeux ont pourtant gardé la même flamme, celle de l'ambition, rien ne parviendra à tarir cette envie, nulle promotion, nul trésor, nul terre. Il sera continuellement insatisfait et cela se lit dans ses mires emplies d'une volonté profonde, à la hauteur de ses ambitions. Ses yeux sont noirs, étranges miroirs de ses ambitions funestes.

Maintien fier et droit, cela ne fait encore que grandir la stature d'un homme considéré comme immense au sein des Vrëen, mesurant plus de six pieds de haut. Atypique pour un pirate, au pied marin et à la démarche chaloupée, mais il n'en reste pas moins fier de sa taille, se redressant de toute sa hauteur et toisant son interlocuteur de toute l'ampleur de sa fierté.

Sa peau, abîmée par les intempéries et les conditions rudes de la vie de pirate n'en est pourtant pas restée celle d'un modeste nobliau manucuré, il a évolué mais surtout il a souffert de son enfermement où la marque du Parjure lui a été imposée au creux de sa nuque, le marquant définitivement comme étant un renégat de Seregon.

Sa vie hors des clous a laissé sur lui des stigmates profonds ou non, mais les pires et ceux qu'il tâche de dissimuler au mieux par des quantités de bracelets restent la marque des fers à ses poignets, significatifs de son temps en prison. Les autres marques, il n'en a que faire, juste une vie de combats, de passes d'armes risquées et d'actes inconsidérés.

Bien que n'arborant guère d'haillons et tâchant de présenter, on peut constater qu'il n'est plus accoutré à la manière d'un Baron, vêtements amples, faciles et pratiques, bien qu'agrémentés de quelques breloques afin de le distinguer d'un individu lambda, on ne peut pourtant nier qu'il est un Pirate, qu'il doit vivre et penser pratique avant élégance.

Pourtant malgré cet aspect rustique, il ne peut nier sa haute naissance, son nez parfait, ses traits fins ainsi qu'une tonalité dans sa voix fait qu'il est facilement reconnaissable au sein de son équipage. Il sait qu'on peut le distinguer par ses traits, et il prend plaisir à se raser régulièrement, ne laissant guère plus qu'une barbe de deux ou trois journées.




Caractère




De certains diraient que la Faucheuse eusse dû prendre un homme tel que Silas. Né pur, comme tout enfant, il n'est pourtant que tombé trop rapidement dans le goudron de l'envie, de la cupidité et de l'ambition. Fils de Baron, volonté de s'élever plus, dès son plus jeune âge, on l'a formé à demander, à justifier et à manipuler, lui retirant toute la pureté enfantine pour créer seulement en lui un arachnéen. Il trouva ses bases dans la marine, où on lui enseigna le savoir militaire strict mais aussi la folie de la mer, la créativité obligatoire pour faire face à cette vie exigeante.

On lui enseigna que la Mer était cruelle, et que seuls les êtres durs et inflexibles pouvaient lui résister. Lave-toi de ces flots, respire de ses tempêtes et éclaire-toi de sa foudre. Là sont les trois lois de la mer. Et les faibles ne peuvent prendre part à cette vie itinérante.

L'ancien commandant savait qu'il avait été bombardé à ce grade grâce à son rang, à sa famille et au poids politique que pouvait avoir son géniteur. Mais ce n'était qu'une preuve de plus que seuls les puissants pouvaient se sortir de la masse, se sortir des cales puantes et goudronnées afin de gagner la cabine du Capitaine.

Dure est la mer, et dur en est devenu l'un de ses fils. Silas le Comploteur en est devenu un être sans foi ni loi, n'ayant guère de scrupules à éliminer des nuisances plutôt qu'à simplement les écarter. Là où avant il manœuvrait dans l'ombre, à présent il se contente d'occire ou de jeter à la mer.

Resté fidèle aux échecs, il n'en est pourtant devenu qu'un être encore plus méthodique et manipulateur, jouant chaque jour afin de maintenir ses aptitudes à tromper ses adversaires. Si d'un premier aspect il peut sembler n'être qu'une brute sanguinaire, il ne faut s'y tromper, ce n'est guère avec une lame en main qu'il peut être le plus dangereux, mais c'est lorsqu'il développe ses toiles entre ses mâts qu'il peut faire le plus de dégâts.

Lors de son temps passé en geôle, il en est devenu un être particulièrement colérique et violent, mais aussi étrangement déterminé à ne plus jamais faillir et à ne plus faire un pas en arrière.

Pourtant, malgré toute sa condescendance, il n'est qu'un esprit acéré dans un corps de combattant.

Mais que son esprit est fort, dur et autoritaire. Nulle mutinerie n'arrivera jamais sur le navire de Silas sans qu'elle soit réprimée par son Capitaine avec une main de fer, car nul ne peut sortir de la domination d'un tel être. Une fois que l'on entre dans la toile, on ne peut en sortir que s'il en décide ainsi.




Inventaire



Bien que né dans le confort et les facilités, après toutes ses années d'errances et d'infortunes, où il perdit tout jusqu'à son nom et son titre, il en est à présent réduit à un navire volé et à un équipage recruté sur le tas.

Dans sa fuite des prisons de Cealcis, il en est ressorti avec une épée qui ne l'a plus jamais quitté depuis lors. Ses pillages ont fait gonfler une certaine fortune qu'il préfère dissimuler pour l'instant.

Du rhum, des femmes et un navire, voilà quelles sont les possessions de Silas.



Histoire



La famille Fiercastel était une famille de marchands. Elle était reconnue pour ses tissus de luxe, fournissant la Cour de Rhaemond. Bien que cette famille fût particulièrement étendue, il s'agissait d'une communauté particulièrement patriarcale. Lance Fiercastel, père de Silas, était reconnu comme un négociant particulièrement doué. Il parvenait toujours à ses fins sans pour autant détrousser ses acheteurs et fournisseurs. Chacun quittait la table de négociation satisfait et il se trouvait avoir un réseau particulièrement fidèle.

Durant les années 40, il parvint à décrocher un contrat avec le royaume d'Usha, il devint alors le plus grand acheteur de tissus de luxe de ce pays, et la capitale Cealcis retrouva un second souffle grâce aux soies qu'il importait. Il fournit du travail, de l'argent et parvint à éveiller de la gaieté aux plus riches.

Il fut à l'époque même félicité par le Roi, et reconnut par celui-ci comme étant un négociant hors pair. En 45 de l'ère des Rois, il fut mandé par le Roi Gartred afin de négocier les accords qui menèrent à la Fédération des Trois. Nombreux dirent que sans lui, cet accord ne serait probablement jamais tombé. Bien que dans la discrétion la plus profonde, il ne s'agissait en réalité qu'une façade pour dissimuler Zael Jhagar et son implication dans ces derniers. Il fut alors anobli par le Roi et reçut le grandiloquent titre de Baron ainsi que des terres, en bord de mer. Non loin du Royaume d'Usha afin d'être plus près encore de ses fournisseurs.

Ils obtinrent aussi une maison au cœur même de la capitale, chichement décorée par leurs soins où d'autres nobles prenaient plaisir à venir assister à des débauches d'objets de luxes et exotiques qu'il parvenait à ramener de diverses contrées lointaines.

Avec le temps, cette maison devint la résidence principale de la famille qui commençait à sous-traiter de plus en plus et à accumuler une fortune conséquente, devenant de plus en plus influente. Lance Fiercastel déplaçait ses pions sur les cases dans l'espoir d'atteindre de plus hautes sphères. Ils se rapprochaient de plus en plus de la famille royale.

Dans un tel contexte de bombance et de félicités, naquit un jeune homme, unique fils d'un couple particulièrement versé dans les fêtes, la politique et l'ambition. Silas naquit donc entouré par le luxe, l'absence totale de manque et un besoin croissant d'accumuler plus encore de richesses. Dès son plus jeune âge, on l'initiait à l'art de demander, de recommander et de distraire ses interlocuteurs. Il accompagna à de nombreuses reprises son père lors de ses négociations au royaume d'Usha et compris rapidement que la mer était son seul attrait, si ce n'est les richesses.

Lors de son quinzième printemps, il fut même envoyé par son père afin de négocier lui-même de nouveaux arrangements, on lui avait donné une offre outrageuse vis-à-vis de leur interlocuteur et il avait pour mission de ne revenir qu'une fois l'accord tombé. Il revint, avec un accord mais surtout une certitude: bien qu'il appréciait négocier, manipuler et impressionner, il n'était guère de la trempe de son père, et il n'en avait certainement pas la patience.

Sur le retour, ils passèrent non loin de navires du Royaume, ceux-ci effectuaient des exercices nautiques, et c'est à cet instant, que voyant les hommes s'agiter, bras emmêlés dans les cordes, torse-nus et tout en muscle et caractère, il trouva ce qu'il voulait devenir.

Une fois rentré, la nouvelle tomba au sein de sa famille et nul ne s'y opposa, après tout, un fils dans la marine pouvait aussi être un appui considérable, une marque de plus que les nouvellement anoblis pouvaient s'étendre et acquérir de plus en plus de pouvoirs. Il fut alors considéré comme le "fou" sur l'échiquier.

Ses années d'apprentissage se déroulèrent à l'école des officiers, il y subit néanmoins un entrainement conséquent et requis pour une vie aussi difficile et emplie d’embûches. Pourtant, manœuvres après manœuvres, il sortit bien trop tôt de cette académie, certes avec un bagage solide pour diriger un navire, mais guère avec la maturité nécessaire que pour être apprécié par ses hommes.

Il fit pourtant ses armes, autant que possible, se heurtant à la rigidité de ses hommes face à ses consignes, mais il évolua, toujours trop vite, mais sans grandes plaintes si ce n'est celles de ses hommes qu'il parvenait toujours à faire taire d'une manière ou d'une autre grâce à des présents pour leur famille en nature ou à de peu sobres invitations à dégustation. Il acquit ces soldats à sa cause, non par son talent, mais par sa fortune, il savait que cela n'était qu'éphémère, mais il n'en avait cure à l'époque.

Car pour l'une des plus grandes fortunes du royaume, tout pouvait s'acheter, si ce n'est une nuit avec la reine.

Mais plus il grandissait, et plus il s'investissait au demeurant dans les affaires familiales, effectuant de plus en plus de manipulations par-dessous le manteau, usant de son grade d'officier dans la marine pour faire pression sur le verrou et de sa fortune pour boucher définitivement la serrure.

Il passait de plus en plus de temps en mer, que cela soit pour le compte de l'armée que pour celui de son père. Il parvenait toujours à échapper à ses obligations martiales grâce à l'appui de sa famille, pouvant réaliser de sombres missions pour leur compte. Pourtant, plus il vieillissait, plus il découvrait l'Oeuvre de sa famille, cette toile, étrange et étendue, aux ramifications profondes et des fois bien funestes.

Il était alors le fils aîné, deux filles et trois jeunes frères prêts à prendre sa suite, mais il ne les connaîtra jamais vraiment, bien trop partagé entre ses envies, ses obligations et ses nécessités que pour fréquenter plus que cela les espaces dînatoires de sa famille.

Déterrer les secrets lui prit du temps, mais il pouvait constater que son père n'était guère en faveur du décret adopté pour faciliter la vie des Elfes, il semblait même qu'il finançait à l'époque les seigneurs tâchant de reconquérir dans le sang des terres qu'ils considéraient comme étant les siennes.

Pour Silas, cela était une certaine abomination, mais il ne fit jamais de vague, la voile était repliée, les rames levées, et il se laissait aller à l'inertie, sans un bruit, il s'approchait de plus en plus d'un but sombre, d'une idée saugrenue et presque pire qu'un parricide. Il savait comment, il n'avait encore guère les appuis, mais il allait pouvoir siéger sur le siège de patriarche, détrônant ainsi le fin et futé négociant Lance.

Il profita de tous les avantages, le propulsant même jusqu'au grade de Commandant, en dépits de toute logique, on raconta même que le Roi fut mis au courant de la situation et qu'il ne put que hausser les épaules dans un soupir d'exaspération tandis que sa royale épouse se consolait de belles pièces de tissus et de présents des plus charmants.

Peu de temps après, la nuit fut sanglante, des conseillers du Roi tombèrent, des rumeurs circulaient autour de ce patriarche à l'apparence si avenante et si parfaite.

Le complot arrivait à son terme, le Roi du Tissu allait tomber, on racontait même que l'argent ne circulait plus de manière normale. La capitale était quelque peu en émois des différentes rumeurs qui enflaient dans la ville, tant et si bien que les Fiercastel eurent à prendre des mercenaires pour veiller à leur sécurité et à la sécurité de leurs biens.

Mais le trouble était interne, la vipère se trouvait au sein même de la maisonnée, sans que nul ne le sache, il allait faire s'écrouler un empire afin de régner sur ses débris.

Mais il fut pressé et il commit des erreurs, dans ses alliés les plus sombres mais aussi les plus au courant de son complot et de tous ses tenants et aboutissant, il trouva en lui une personne ambitieuse. Bien à ses dépens.

La garde royale brisa avec une ardeur non-feinte les portes de la demeure des Fiercastel afin de mettre aux fers le fils aîné, Silas, coupable de Haute Trahison et soupçonné du meurtre de divers conseillers. Il ne put trouver aucun appui au sein de sa famille, après tout, il s'en était tout simplement détaché en tâchant de renverser son père qui ne lui lança qu'un regard empli de mépris.

Son titre de Commandant lui fut retiré, au même moment que tout confort dans sa vie, et le procès alla de l'avant, sans son aide, et les preuves se faisant au fur et à mesure de plus en plus rares ainsi que les témoins en vie. Pourtant, ils avaient suffisamment pour l'accabler il semblait, mais cela prenait tellement de temps car à chaque découverte, on ne pouvait que se rendre compte d'une nouvelle zone d'ombre. On ne put prouver pleinement qu'il fut le commanditaire des meurtres des conseillers, mais il fut prouvé assez facilement de sa trahison autant envers sa famille qu'envers son Roi.

Mais Silas n'était plus le garçon aventureux et sulfureux de sa jeunesse, il était resté trop longtemps dans l'ombre, dans l'humidité, et l'inconfort. La seule chose qui restait en lui était la rage, d'avoir été trahi, d'être ainsi diminué, disgracié et moqué. Lui qui prétendait à tant se trouvait juste rabaissé plus bas que les rebuts de la société.

Une seule attention de sa famille lui fut offerte, un jeu d'échecs, taillé dans un bois d'une rareté démoniaque, servant bien sûr à lui rappeler à quel point il fut "Fou". Et il joua pendant des mois, soit contre lui-même, soit contre ses voisins ou encore même contre des gardes.

Jamais il ne perdit une partie.

Mais un jour la sentence tomba, sans même qu'il puisse assister à son procès, il avait été purement et simplement mis de côté, aux oubliettes, bien que dans la ville on ne parlait de lui que comme la pomme pourrie des Fiercastel. Lui qui pourtant s'apprêtait à faire éclater l'horreur à la base de la fortune de sa famille.

Il était condamné à la potence. Mais il n'en fut guère surpris. Mais ce qui le surprit d'avantage, fut l'idiotie de ses anciens matelots. Ils avaient accumulé de la rancœur vis-à-vis de cet homme qui les avait simplement écrasés sous ses richesses et son statut pompeux. Ils furent appuyés par des concurrents déçus au titre de Commandant. Une nuit, il fut sorti de sa cellule, emmené dans les quartiers de la Marine, dans un ancien entrepôt afin d'y passer un mauvais quart d'heure.

Il fut en effet passé à tabac, brisé, et marqué dans le cou au fer rouge, tel un bœuf voué à l'abattoir. La marque du Renégat sur son cou, il savait pourtant que rien ne s'arrêterait ici lorsqu'il vit les portes de cet entrepôt s'ouvrir et des hommes en armes entrer.

Silas avait toujours des alliés, fidèles à sa personne plus qu'à sa fortune bien qu'il en avait toujours une part conséquente dissimulée en lieu sûr. Il se savait étroitement surveillé par ses alliés. Alors, sa sortie de la cellule ne fut pas anodine et la rixe s'engagea assez rapidement entre les soldats de la marine et les quelques hommes. Durant ce laps de temps et dans la mêlée erratique, il en profita pour fuir.

Rejoignant l'un de ses plus loyaux sujets, il parvint à être sorti de la capitale, et l'on brisa ses fers une première fois avant qu'il fût dissimulé hors de la cité, dans des villes de plus petites importances et de préférence le plus éloigné possible des garnisons. Les nouvelles allaient bon train au sein du royaume et dans les villes frontalières qu'il s'était échappé et que ce traître devait être appréhendé le plus rapidement possible.

Il vit caché, terré, telle une bête craintive et blessée, ressassant les événements avec fureur, il était souvent seul, nul ne pouvait jamais savoir son nom, et il ne lui restait même plus son jeu d'échec. La folie le prenait, au fur et à mesure, proportionnellement à ce que la prime à sa capture augmente. Il sembla que même son allié le plus fidèle commençait à avoir des craintes quant aux personnes l'ayant caché et transporté. Effectivement, une véritable petite fortune était proposée par la royauté ainsi que par la famille Fiercastel, et nul homme sain d'esprit ne pouvait réellement garder un secret si onéreux.

Les rumeurs allaient bon train et se faisaient de plus en plus entendre à chaque fois qu'il était déplacé, tant et si bien qu'il en vint à puiser dans ses ressources personnelles jusqu'à en être tout simplement dépossédé de la dernière pièce d'or afin d'être transporté dans les cales d'un navire d'un marchand d'esclaves à destination de Radjyn.

Il fut à nouveau mis aux fers, soi-disant pour que sa couverture d'esclave soit complète, le voyage dura des mois, pendant lesquels, chaque jour, on devait venir changer les bandages autour de ses poignets. Le roulis de la mer lui donnait comme un rythme, son esprit déboussolé ne s'associant plus qu'à ce navire qui ondulait sur les flots, et dans ce rythme, il frottait ses poignets à ses fers, à sang, à s'en user les tendons et les articulations.

Plusieurs fois, il dut être soigné, la fièvre le faisant délirer, il ne semblait plus vivre que dans un monde d'échecs, où chacune de ses paroles étaient un déplacement de cases. Mais finalement, arrivé à Radjyn, son allié le plus proche fut simplement tué. Et alors que le marché noir allait ouvrir, ils en étaient encore à hésiter sur le sort de Silas Fiercastel, ce renégat et noble disgracié rendu fou par la solitude et la fièvre.

Il fut pourtant décidé qu'un homme tel que lui, pouvait valoir son pesant d'or, ils cherchèrent alors un acheteur pour ce qui semblait être l'homme le plus recherché de Seregon. Le profit était une chose qui pouvait faire miroiter bien des esprits, mais le retour à la réalité pouvait s'avérer assez dur. Ils furent confrontés à l'un des plus gros marchands de Radjyn, demandant un prix dérisoire pour cet homme, mais ne laissant guère de latitude à ses hommes pour négocier.

Ainsi il fut acheté, ce Commandant de la Marine, tel un esclave, par un marchand influent de Radjyn, et ce après avoir déboursé une quantité d'or plus de dix fois plus élevée que celle pour laquelle il était acheté. Quelle ironie.

Ce fut les premiers mots qui sortirent de sa bouche envers ce qu'il devait considérer comme étant son nouveau maître. Ainsi qu'un sourire dément avant de s'écrouler, sans connaissance, il lâchait prise, totalement. La fièvre le prenait et un début de gangrène semblait le dévorer à petit feu.

Il fut soigné, traité, nettoyé et habillé. Mais non pas comme un riche propriétaire, non, juste comme un roturier, ce qu'il était à présent après tout. Il n'était plus qu'un homme ayant un passé de marin, sans famille, sans argent, et avec un certain talent de négociation.

Et pourtant, une utilité allait lui être trouvée.

Le marchand connaissait très bien sa famille, il avait été éloigné et pratiquement dépouillé de tous ses biens par Lance Fiercastel à l'époque, mais il s'en était relevé par le commerce d'esclaves. Il connaissait particulièrement les talents de navigateur et de négociant de Silas, et voyait en lui une utilité malsaine.

A nouveau, un riche marchand allait le considérer comme le "Fou" de son échiquier, mais cette fois, Silas était bien décidé à ne pas se laisser devancer de la même façon. Son esprit n'était plus le même, il n'était guère plus un homme de principes. Là où par le passé il commanditait des meurtres, il se sentait prêt à présent à passer lui-même à l'acte. Bien trop de son sang bleu avait coulé sur ses mains, il avait trop souffert, il s'était perdu dans les méandres de la démence.

A présent, il en était devenu une personne maniaque, il voulait contrôler et dominer tout ce qui se trouvait dans son environnement. Il en imposait non seulement par ses talents de locuteur mais en plus par l'ombre funeste qui faisait trembler les hommes autour de lui. La folie dans son regard semblait être un puits sans fond, nul ne pouvait plus en revenir après s'y être enfoncé.

La colère était palpable dans chacun de ses mouvements, de ses déplacements. Du jeune homme maniéré et élégant, il ne semblait n'être devenu qu'une bête éduquée. Durant quelques années, il fut utilisé par ce marchand afin de tuer et de dépouiller ses adversaires. Tant et si bien que des avis de recherche finirent par tomber en Radjyn aussi.

Il était craint par les bateliers, par les marchands environnants Radjyn, pourtant il n'était qu'une mouche souhaitant affronter une flotte navale bien trop développée pour qu'il puisse y faire face.

Il ne put se résoudre de nouveau qu'à une seule chose: fuir. Fuir là où nul n'avait de prise, là où l'on n'oserait jamais venir le chercher. Il ne pouvait que rejoindre le chaos, là où nul homme ne pouvait être pris à la légère.

L'histoire de Nasra, il ne la connaissait que trop bien, durant les quelques années où il servit ce marchand, il n'en entendit que trop parler, sachant alors qu'il pourrait rejoindre cette archipel pour y trouver refuge, mais aussi pour y trouver un nouveau départ.

Son mécène lui trouva des contacts, et l'y envoya comme l'un de ses représentants, malheureusement, les rares personnes encore présentes pour contrôler Silas furent étonnement égorgées dans les cales du navire et les corps balancés par-dessus bord avant même qu'ils ne quittent les eaux territoriales de Radjyn. Il rejoignit ces personnes qui s'avéraient être des détracteurs du pouvoir en place, prêts à financer Silas le Renégat afin qu'il renverse le Gouverneur. On lui fournit les moyens, et lui se trouve un équipage dont le seul critère est la violence la plus simple.

Rapidement, on entend des rumeurs concernant un navire pirate dans l'archipel de Nasra, qui fait parler particulièrement de lui pour cause de ses attaques incessantes contre tout navire ne rejoignant pas sa congrégation.

L'archipel semble vivre des temps quelques peu durs, le Gouverneur finit par décéder dans des circonstances douteuses et l'on retrouve le fils sur le siège tant envié. Ce dernier parvient à redresser la balance dans un certain statut quo en donnant leur liberté à tous les esclaves de Nasra.

Silas fit face à cette même époque à une mutinerie car une bonne partie de son équipage se trouvait être des esclaves et ceux-ci souhaitèrent rejoindre ce Libérateur. Les rumeurs fusèrent selon laquelle cette mutinerie fut mâtée par un excès de colère de brutalité de Silas qui attrapa un esclave en plein visage avant que celui-ci ne s'écroule, hurlant de douleur et avec une brûlure de la dimension d'une main sur le visage qui continuait à se calciner partiellement.

Ainsi, une digue des corps d'anciens esclaves, attachés à un fil de pêche les uns aux autres flotta un matin, poussée par la marée sur les plages de l'île principale, avec un seul message: un dessin, celui d'un pavillon, les deux mains croisées, les poignets occultés par des fers rouges de sang.

Une déclaration de guerre explicite, contre le pouvoir en place.





Ambitions & Desseins



Le pouvoir est pour lui un phare dans une nuit de plomb. Il en a toujours été ainsi, attiré vers celui-ci. A présent, il souhaite détrôner le Gouverneur de Nasra afin de s'asseoir sur ce siège qu'il considérerait comme étant une première étape dans son Grand Œuvre.




Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : Oui
Moultipass : MDP validé par pépé

Darkside is coming


avatar
◈ Missives : 2158

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mar 4 Oct 2016 - 12:45

Félicitations Silas, tu es désormais validé !

N'oublie pas d'aller créer ton journal de bord en partie parchemin des Héros ! Smile