Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Plus contagieuse encore, la peur grignotant le coeur

◈ Missives : 2046

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mar 13 Sep 2016 - 16:11

Intrigue


Type de quête : Gestion, survie & quête
Date : Ranh à Garges, 90 de l'ère des Rois

La faim se faisait sentir.
Des jours qu’elle rodait, inlassablement, à la recherche de nourriture. Son existence venait d’éclore, telle une fleur sous l’astre solaire à la lueur du printemps. Elle était encore embourbée dans une faiblesse juvénile mais jouissant d’une volonté plus grande encore qu’un monarque touchant son trône pour la première fois. Malgré cette famine, elle prenait son mal en patience, savant pertinemment qu’elle lui serait salvatrice. Bientôt, elle serait repue. Ô, bientôt.

Seregon fut sa terre d’accueil. Le reste du monde serait sa terre promise.
La soie, son refuge.
Les nobles étoffes, aux teintes chaudes ou froides, l’accueillaient dans leur douceur naturelle. Prisées par les peuples, elle était plus que stratégique pour cette vague affamée. Sans que personne ne se rende compte de sa présence, elle se glissait et prenait possession de la moindre soierie. Aucune ne lui échappa. Et pour cela, elle aurait aimé avoir la capacité de sourire et d’exprimer sa joie.

Son voyage débuta. Clandestine, elle voguait sur les flots à destination d’exotisme. Hors-la-loi, elle passait les frontières des Royaumes de Seregon dans des caravanes commerciales. Insoupçonnée. Invisible.
Pour l’instant.
Sa faim ne cessait de gronder à mesure qu’elle s’étira au-delà des lisières dessinées par l’humanité. Elle se retrouva à Eliran, à Algar et Rhaemond. Bien vite, elle toucha Al’Akhab, terre propice au commerce. Point culminant de sa perversité. Ici, elle savait qu’elle aurait tant à grignoter. Ici, elle savait qu’elle avait tant à atteindre. Tout à envahir. Elle embarqua dans un navire à destination de Lyria et dans un chaland cherchant les falaises d’Alsvard.

Son heure était venue et l’excitation renforçait ses desseins et sa volonté. Plus question de se lover dans la discrétion. Il était temps. Temps de laisser sa puissance s’exprimer. Temps d’apposer son emprunte indélébile sur ces contrées. L’heure était au désespoir et à la désolation. Enfin elle pouvait libérer ses désirs morbides et sinistres. Elle serait créatrice de stèles et d’horreur. Elle était puanteur.
Malheur.
Votre malheur.
Votre vie s’enfuit.  
La peste, elle, vous salue.